Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 27.djvu/306

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les gardes nationaux, — les tricolores, comme on les nommait alors, — répondaient : — Citoyens de Paris ! Les fédérés (dès le 19 mars) criaient : — Vive la commune ! — Les tricolores répondaient : — Vive la France ! — et l’on s’éloignait, chacun de son côté, en se tenant à distance respectueuse.

Le commandant Bernard prescrivait à ses hommes d’éviter toute collision et de rester impassiblement dans leur rôle exclusif de soldats de la Banque. La nuit, il se relevait, il venait voir si les sentinelles étaient en faction aux endroits indiqués, si tous ses ordres de préservation avaient été scrupuleusement exécutés. Dans ces tournées, il se rencontrait souvent avec des « civils » isolés qui rôdaient dans les cours et examinaient les endroits laissés faibles par la reconstruction de la Banque : c’était M. Marsaud, le secrétaire-général, ou M. Chazal, le contrôleur, ou M. Mignot, le chef des grandes caisses, qui, eux aussi, sans s’être donné le mot, passaient leur inspection et s’assuraient que toute précaution avait été bien prise ; on échangeait un bonsoir et une poignée de main en passant. Parfois, le commandant Bernard, le képi sur l’oreille et le sabre sous le bras, sa croix d’officier sur la poitrine, sortait par une des petites portes qui s’ouvrent dans la rue Radziwill ; tout seul, comme une bonne avant-garde, il s’en allait en reconnaissance autour du Palais-Royal, vers la place Vendôme, vers l’Hôtel de Ville, vers la Préfecture de police, que les chenapans qui l’occupaient rendaient redoutable ; il rôdait partout, regardait tout avec la perspicacité narquoise et profonde d’un vieux soldat ; puis, rassuré par ce qu’il avait vu, il rentrait à la Banque et disait : « Allons ! tout est tranquille ; ce n’est pas encore cette nuit que l’on nous attaquera ! »


III. — LES PREMIERES REQUISITIONS.

Le lundi 20 mars, dans la matinée, M. Rouland, gouverneur de la Banque de France, reçut une dépêche de M. Thiers qui le mandait à Versailles : Affaire urgente. M. Rouland se dit que l’affaire la plus urgente était d’attendre et de rester à Paris, afin de voir par soi-même ce que l’insurrection allait devenir. Malgré l’insistance de M. de la Rozerie, conseiller à la cour des comptes, qui fut jadis attaché à son cabinet au ministère de l’instruction publique et qui lui est resté profondément dévoué, M. Rouland se décida à ne point répondre à l’appel que M. Thiers lui adressait. Bien lui en prit, car ce jour même la Banque, ou, pour mieux dire, la caisse de la Banque eut à subir son premier assaut. Dans les circonstances présentes, le gouverneur seul peut-être avait qualité pour prendre une détermination d’où le salut de l’institution tout entière pouvait