Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 27.djvu/228

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le Russe, disait un illustre historien, est souvent généreux, il a beaucoup de peine à être juste. On a dit aussi : — Empruntez à un Russe mille roubles ; pour peu qu’il le puisse, il vous les prêtera. Rappelez-lui que vous lui en avez prêté cent, il se brouillera avec vous pour la vie. — A Saint-Pétersbourg, comme à Moscou, le jury s’est montré plus humain, plus généreux que juste. Il est permis d’en chercher la raison dans le caractère national, il faut la chercher aussi dans la barbarie des lois. Un pauvre diable qui ouvre une huche avec effraction pour y dérober un pain est condamné légalement à perdre le peu qu’il possède et au bannissement en Sibérie. Faites comparaître ce voleur de pain devant un jury, et le jury déclarera que l’accusé n’a pas forcé la huche. Il y a quelques années, à Kichinef, un avocat plaidant dans une affaire de vol disait : — Messieurs les jurés, j’ai défendu jadis devant vous un voleur, et vous l’avez acquitté ; il y a quinze jours, j’ai défendu un second voleur, vous l’avez également acquitté. Aujourd’hui, j’en défends un troisième, et je suis convaincu, messieurs les jurés, que vous l’acquitterez aussi.

Le jury qui le 12 avril a déclaré que Vera Zassoulitch ne s’était pas rendue coupable d’une tentative d’homicide sur la personne du général Trepof n’a pas seulement écouté sa générosité naturelle, les sympathies que lui inspirait l’accusée, la pitié qu’il ressentait pour ses longues et injustes souffrances. Sa principale préoccupation a été moins d’acquitter la jeune nihiliste et son revolver que de mettre en accusation le grand-maître de la police. — « Nous qui appartenons à l’ancienne génération, avait dit l’avocat de Vera Zassoulitch, nous pouvons nous rappeler très bien le temps où la verge régnait en maîtresse ; ce temps ne devait cesser qu’au 17 avril 1863. La verge jusqu’alors conduisait l’école aussi bien que l’écurie du propriétaire ; on s’en servait dans les casernes, dans les bureaux de la police, dans les administrations communales. Elle avait un vaste champ d’activité. Dans nos livres de droit criminel et civil, la verge figurait à chaque page, en compagnie du fouet, du knout et des baguettes. Vint le 17 avril 1863, anniversaire de la naissance de notre souverain. La verge est entrée dès ce jour dans le domaine du passé. Les punitions corporelles ont été abolies, le knout et les baguettes ont été supprimés. » Le jury, qui, par un verdict vraiment inouï, a acquitté Vera Zassoulitch, a voulu protester contre l’usage des verges légalement abolies et journellement employées ; il a voulu signifier à qui de droit que les réformes doivent être exécutées, qu’en Russie aussi bien qu’en Turquie il n’est pas permis aux hatti-houmaïoun de rester ou de devenir lettre morte, et qu’il est bien temps de substituer le règne des lois à l’omnipotence de la police.

Qui l’emportera de la nouvelle ou de la vieille Russie, du jury ou de la police, des réformes ou de l’arbitraire ? Dans les premières années