Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 12.djvu/638

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IMPRESSIONS
DE VOYAGE ET D'ART

VIII.
SOUVENIRS DU LYONNAIS ET DE L'AUVERGNE [1].


I. — VILLEGIATURE EN LYONNAIS. — LES CHÂTEAUX DE LA FLACHERE ET DE MOMMELAS. — LE CARDINAL DE TOURNON. — TARARE. — VILLEFRANCHE. — ARS.

Reprenant ces excursions à travers la France, interrompues par la maladie, au point même où je les avais laissées il y a plus d’une année, je veux continuer à chercher sur le sol de notre pays ce qui reste encore de vivant parmi les témoignages du passé, non pour en accabler le présent, mais pour lui donner au contraire des motifs de confiance et d’espoir. Vous rappelez-vous ce petit conte de Voltaire dont les personnages élèvent un temple au dieu Temps avec cette inscription : à celui qui console ? Cette inscription est vraie de plus d’une manière, car ce n’est pas seulement parce qu’il efface et fait oublier, c’est aussi parce qu’il conserve et force à se souvenir que le temps est consolateur. Oh oui ! sans doute, l’histoire est pesante et la tradition lourde aux nations dans leurs momens de prospérité et de gloire ; alors du passé on ne sent que la chaîne, des longs siècles on ne sent que l’écrasement. Volontiers il semble qu’ils ne se sont prolongés jusqu’à nous que pour faire obstacle à la généreuse activité du présent et le frustrer du résultat de ses efforts.

  1. Voyez la Revue du 15 août 1874.