Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 12.djvu/318

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mines d’or le progrès est continu, et la même vigueur est partout appliquée à l’exploitation et à l’extraction du métal.

On peut dire qu’une métallurgie nouvelle s’est formée pour l’argent comme pour l’or. Les systèmes les plus perfectionnés sont adoptés partout pour le fonçage des puits et des galeries, l’extraction du minerai, l’assèchement des eaux souterraines, la ventilation des chantiers intérieurs. Les travaux sont solidement étayés, et le foret à pointe de diamant, qui a été inventé par un Français, mais qui n’a pas été adopté en France, est employé dans quelques-unes de ces mines, dont il accélère singulièrement l’avancement des travaux. La dynamite, la poudre géante, ainsi nommée à cause des effets étonnans qu’elle produit sur la roche massive, sont de plus en plus en usage. L’emploi de ces matières détonantes s’est transmis de la Californie au Nevada et s’y généralise. En ce qui regarde le broyage et l’amalgamation du minerai (on sait que le minerai d’argent est généralement traité comme le minerai d’or par le mercure), tous les procédés connus ont été essayés, étudiés et bien vite modifiés heureusement, de même dans les cas où la fusion est nécessaire, car il est des minerais d’argent qui sont rebelles au mercure et ne peuvent se traiter que par le feu. Dans ces sortes de recherches, où la chimie est mise sans cesse à contribution, l’état de Colorado s’est toujours distingué au premier rang comme celui de Nevada; quant à la Californie, elle ne cède le pas à personne dans le domaine du traitement des minerais aurifères. Il n’est pas jusqu’à la ville de Chicago qui, profitant d’une situation des plus favorables au voisinage de riches houillères, et sur le réseau de chemins de fer qui mène au grand railway du Pacifique, n’ait établi, elle aussi, une vaste usine pour traiter par la fusion, la liquation par le zinc et la coupellation, les minerais d’argent de l’Utah et une partie de ceux du Colorado. Toutefois le dernier mot n’est pas dit encore, car une partie des mattes argentifères et aurifères continue d’être envoyée en Europe, par exemple à Swansea, dans le pays de Galles, et à Freyberg en Saxe, où l’on achève de les traiter. Une plus rigide économie devra aussi être adoptée par les Américains, pour l’ordinaire trop gaspilleurs.

Pour subvenir aux opérations métallurgiques où le feu est indispensable, on trouve dans la plupart des états miniers un combustible fossile de qualité à peu près satisfaisante, et des forêts dont on tire du bois et du charbon de bois; mais c’est là le côté faible de ces régions : elles n’ont pas véritablement le combustible qu’il leur faudrait, et celui qu’elles ont coûte cher. Le même inconvénient se présente, et plus grave encore, dans toutes les mines d’argent de l’Amérique espagnole. A Cerro de Pasco, dans le Haut-Pérou,