Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 12.djvu/313

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


filon de Comstock, sur les mines de Consolidated-Virginia, California et Ophir, limitrophes les unes des autres et formant ensemble un même gîte, a mis en ébullition tous les mineurs du Pacifique et le monde financier de San-Francisco. La Californie, qui commence à être blasée sur ces sortes de choses et a perdu son ingénuité première, s’est émue des nouvelles découvertes et s’est sentie remuée dans ses entrailles comme au temps de ses argonautes. Que s’était-il donc passé? Une masse énorme, sans analogue jusque-là, de sulfure et de chlorure d’argent, c’est-à-dire des deux minerais les plus riches de ce métal, venait d’être rencontrée. Elle traversait de part en part les trois mines, commençant à Virginia, finissant dans Ophir, sans qu’on pût dire encore jusqu’à quelle profondeur elle s’étendait. On en estimait la longueur à 1,200 pieds ou 360 mètres. Le filon s’était considérablement renflé sur ce point, comme pour donner passage à cette masse énorme et l’enserrer solidement entre ses deux murs, l’un de granité, l’autre de porphyre. La largeur de l’amas métallifère n’était pas moindre que la longueur. On a travaillé depuis lors, on travaille toujours dans cette montagne souterraine d’argent. On estimait à 215 millions de francs la quantité seule de métal précieux que la mine Virginia aurait dû extraire à partir du dernier niveau souterrain qu’elle avait atteint et en s’élevant au-dessus, vers les niveaux supérieurs, et l’on calculait qu’elle distribuerait de ce chef 135 millions de dividende à ses actionnaires. Au-dessous, un puits de sondage de 15 mètres était resté en plein minerai, et quelques-uns croyaient pouvoir porter à 100 mètres la limite que le gisement atteindrait de ce côté sur l’inclinaison du filon. Toutes les autres parties de la mine, bien que considérées jusqu’alors comme très riches, avaient été abandonnées pour celle-là. Le filon de Comstock, par momens si fertile, n’avait pas encore présenté, même au plus beau temps des mines Gould et Curry, Yellow-Jacket, Savage, etc., de telles masses de minerai compacte, et les ingénieurs pensaient que, pour la mine seule de California, le rendement total dépasserait 500 millions de francs. A Ophir, le minerai valait en moyenne 6,000 francs par tonne de 1,000 kilogrammes, et l’on avait trouvé des nids qui donnaient au-delà de 40,000 francs. La quantité de minerai dégagée, mise en vue, entre deux niveaux ou galeries horizontales, était évaluée en poids à 150,000 tonnes pour Ophir seulement, d’où on en extrayait 240 par jour, lesquelles alimentaient quatre moulins d’amalgamation. Jamais dans aucune mine, en aucun temps de l’histoire, un amas aussi riche et aussi puissant n’a été signalé. Pour la mine seule de California, il a 180 mètres de long, autant de large, et atteindra peut-être une profondeur de 120. Les Hispano-Américains,