Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 12.djvu/18

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tableau fidèle des phénomènes les plus élevés qui l’ennoblissent, du progrès de la conscience, de l’éducation morale de l’humanité. M. Darwin et M. Huxley, qui lui a prêté en plusieurs circonstances le secours de sa subtile dialectique, réduisent le motif moral au plaisir de l’approbation ou de la désapprobation du groupe auquel nous appartenons. Que font-ils donc de tous ces actes, souvent les plus héroïques, ces actes silencieux et si parfaitement désintéressés, qui n’ont pour témoin que la conscience et qui, s’ils viennent à être connus, sont souvent injuriés, bafoués par les hommes? Les plus grands parmi les mortels n’ont-ils pas précisément puisé dans leur dévoûment à une idée la force de résister à tout un groupe, à tout un peuple, et jeté leur vie en travers de la route où se précipitaient des multitudes aveugles ou fanatiques? Un Socrate, un Polyeucte, ont-ils donc pris pour règle l’opinion de la communauté à laquelle ils appartenaient? Ils se sont honorés au contraire en opposant leur conscience à celle de tout un peuple, en condamnant et répudiant avec éclat la morale traditionnelle et collective au nom d’une morale supérieure dont ils étaient les confidens solitaires, jusqu’au jour où ils se sont dévoués, pour la proclamer, au mépris de la foule et à la mort. Et combien de Socrates et de Polyeuctes inconnus dans tous les temps, victimes ignorées d’un bien supérieur qu’ils ont pressenti au-delà des exigences momentanées de l’espèce, et bien au-dessus de l’opinion vulgaire que l’humanité en avait conçue !

L’inconvénient attaché aux origines mêmes de cette morale de l’évolution, c’est précisément qu’elle perd son caractère de morale à mesure qu’elle s’analyse [1]. La justice ne représente plus qu’une idée complexe qui se résout en une multitude d’idées secondaires graduellement acquises; mais chacun de ces élémens, ainsi décomposés, n’apporte au groupe d’idées où il entre qu’une complication nouvelle, sans y apporter à aucun moment l’autorité, le respect, l’obligation, et si l’autorité manque à chacun des élémens du groupe, comment ne ferait-elle pas défaut à l’ensemble? Voyez naître l’idée de la moralité dans cette théorie, voyez-la croître, se développer le long des siècles, vous assistez au développement, à la métamorphose d’un instinct qui devient idée, opinion, sentiment, conviction. A aucun moment de cette histoire, je ne vois apparaître autre chose que l’instinct, ou la réflexion sur l’instinct, ou des sentimens consécutifs à cette réflexion; à aucun moment, je ne vois commencer le

  1. Cet argument ou un argument analogue est développé avec beaucoup de force dans un mémoire encore inédit de M. Guyau sur la Morale utilitaire, et qui, couronné avec le mémoire publié de M. Ludovic Carrau, a marqué très haut le niveau du concours ouvert à l’Académie des Sciences morales et politiques sur cette importante question.