Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1874 - tome 2.djvu/814

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sentimens et la vigueur du caractère, par l’âme aussi bien que par l’esprit, Bal tard est un exemple de ce que peut et de ce que doit être un artiste qui veut avant tout se comporter en homme. Homme, il l’a été dès les premières années de la jeunesse et ensuite dans toutes les situations, à tous les momens difficiles ou brillans de sa vie. Il l’était encore pendant le siège de Paris, lorsque, malgré son âge et l’altération grave de sa santé, il s’imposait les fatigues du service dans les rangs de la garde nationale, lorsqu’il se résignait, sinon sans déchirement, au moins sans plainte, à la perte d’un de ses enfans d’adoption tué en défendant son pays, et que, dans sa maison même, à ce foyer accoutumé de famille d’où les obus allemands ne purent pas le chasser, il voyait son petit-fils bien-aimé dépérir et bientôt succomber sous les étreintes de la maladie. Enfin c’est en homme que, le moment venu, il s’est à son tour préparé à recevoir la mort, qu’il n’a cessé de regarder en face depuis le premier jusqu’au dernier jour de ses longues souffrances, et que, pour aguerrir les siens contre le coup dont ils allaient être frappés, il leur montrait dans la séparation prochaine la promesse d’une éternelle réunion. Soutenu par une foi religieuse dont l’ardeur, même au milieu des occupations et des affaires, ne s’était jamais attiédie, il donna aux êtres chéris qui l’entouraient l’exemple de la sérénité dans le courage, et lorsque le 13 janvier 1874 l’heure sonna pour lui du départ sans retour, lorsque sa femme et ses enfans se penchèrent sur son lit de mort pour recueillir son adieu suprême, ce fut en murmurant ces mots : « au revoir... en Dieu, » qu’il leur adressait avec un dernier sourire de tendresse une dernière exhortation à la patience et à l’espoir.


III.

Si, pour apprécier le talent de Baltard, on en rapproche les œuvres de celles qu’ont produites les architectes français depuis un demi-siècle, nul doute que la comparaison ne mette en relief chez l’architecte des Halles et de Saint-Augustin des facultés d’invention d’autant plus remarquables qu’elles se développent souvent en raison inverse des conditions ingrates ou de l’aridité des tâches. L’originalité de Baltard consiste dans l’énergique bon sens avec lequel il arrive à dégager la signification essentielle d’un programme imprévu, d’un procédé si inusité qu’il soit, et à découvrir les moyens d’accomplir une besogne que de moins clairvoyans ou de plus timides auraient probablement jugée impraticable. Un exemple entre bien d’autres suffira.

Quiconque a vu ce qui était, il y a trois ans encore, l’Hôtel de Ville, se rappellera ce pompeux escalier en fer à cheval élevé, au