Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1874 - tome 2.djvu/781

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à tous les hommes éclairés, et particulièrement à la noblesse russe, qui est appelée à se constituer la gardienne des écoles publiques en les préservant d’influences dangereuses et corruptrices. A cet effet, des droits spéciaux seront conférés aux maréchaux de la noblesse en leur qualité de curateurs des écoles primaires de leur gouvernement, et le ministre de l’instruction publique, de concert avec le ministre de l’intérieur, est invité à s’entendre avec eux afin de profiter de la part active qu’ils sont destinés à prendre dans cette œuvre aussi grande que sainte. »

Qu’on se le persuade bien, la noblesse et le clergé n’arriveront à rien sans de larges subsides. En 1870, le comte Tolstoï demande une augmentation de 200,000 roubles sur le crédit affecté aux écoles primaires, et il n’en obtient que 100,000. Cependant il faut ajouter que tout récemment les subsides ont été notablement augmentés. Les sommes dépensées pour les écoles primaires se sont élevées en 1871 à 2,742,008 roubles, dont 1,271,825 provenaient des communes urbaines et rurales, 766, 642 des états provinciaux, et 703,541 de l’état. Le subside de l’état, qui était d’abord de 100,000 roubles, a donc été plus que sextuplé en peu d’années. En outre, pour les écoles normales qui ont coûté en tout 334,351 roubles, l’état en a donné 216,329, ou environ 64 pour 100 de la dépense totale; le reste a été fourni par les états provinciaux, par les intérêts des fonds légués et par les rétributions des élèves; mais, il faut bien l’avouer, ces sommes paraissent insignifiantes quand on songe à ce qui se fait ailleurs, aux États-Unis par exemple ou en Allemagne. Récemment la ville de Berlin a décidé que, pendant les cinq années qui vont suivre, 250,000 thalers ou 937,000 francs seraient affectés annuellement à la construction d’écoles supérieures. Les besoins de l’instruction populaire en Russie sont véritablement énormes. Presque partout les locaux convenables font défaut. Tandis que les rapports officiels s’efforcent généralement d’embellir la situation, ceux du prince Gagarin et du comte Tolstoï ont ce grand mérite de ne rien cacher de la vérité, quelque fâcheuse qu’elle puisse être.

Le rapport en russe publié en 1871 par le ministre de l’instruction publique constate que le règlement de 1864 n’est pour ainsi dire pas mis à exécution. Sur les 34 provinces où les zemstvos (conseils provinciaux) ont été constitués, 14 seulement ont envoyé des rapports très incomplets. Dans ces 14 provinces, les plus peuplées et les plus civilisées de la Russie slave, Saint-Pétersbourg, Moscou, Poltava, Tver, Kostroma, Kherson, laroslaf, Ekaterinoslaf, Charkof, Tambof, Orel, Kasan, Symbirsk, Penza, avec 20,425,294 habitans, il existait approximativement, en janvier 1870, 4,247 écoles avec 4,982 instituteurs, dont 3,516 prêtres, et 143,385 élèves, soit