Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1874 - tome 2.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vive. Le costume, aussi bien que le genre de travail, annonce que ces figures sont du XIIIe siècle, l’âge d’or de notre sculpture nationale, et, grâce à la manière dont elles ont été abritées, presque toutes sont dans un état parfait de conservation. »

De la sculpture, M. Vitet passe à la peinture, art dont les monumens sont encore plus difficiles à conserver ou à restaurer. « On ne comprend pas, dit-il, l’art du moyen âge, on se fait l’idée la plus mesquine et la plus fausse de ses grandes créations d’architecture et de sculpture, si, dans sa pensée, on ne les rêve pas couvertes, du haut en bas, de couleurs et de dorures. De toutes les importations de l’Orient, il n’en est peut-être pas qui se soient répandues avec plus de faveur et plus universellement que le goût et le besoin des couleurs. On en vint à vouloir que tout fût coloré, tout, jusqu’à la lumière, et les rayons du soleil ne pénétrèrent plus dans les habitations qu’à travers du rouge, du jaune et du bleu. L’usage des vitraux peints n’a pas eu d’autre origine. Déjà aux vu* et viii? siècles, au commencement du ix% puis au xi^, cette passion avait fait quelques conquêtes, mais partielles et peu durables; au retour de la croisade, la couleur triompha, et pendant trois siècles la France en fut amoureuse, comme la Grèce l’avait été de tout temps. »

Nul ne saurait lire ces rapports sans être frappé du vif, profond et tendre sentiment pour les chefs-d’œuvre qui s’y révèle à chaque pas. M. Vitet avait lui-même la conscience du caractère particulier et original de sa sympathie pour l’art quand il disait de M. Mérimée, son collègue dans la commission des monumens historiques : « Mérimée admire les beaux monumens, mais il n’a jamais senti ses yeux se mouiller à l’aspect de leurs ruines. »

A la fin des rapports, on trouve la liste complète des monumens de la France énumérés et classés provisoirement par départemens. Cette liste provisoire comprend 1,882 monumens [1], et dans le texte même des rapports on lit : «Les édifices qui peuvent être classés

  1. Liste des monumens historiques de la France classés provisoirement en 1862. ¬¬¬
    Ain 8 8 Calvados 50 Eure 42
    Aisne 34 Cantal 9 Eure-et-Loir 32
    Allier 21 Charente 25 Finistère 23
    Basses-Alpes 13 Charente-Inférieure. 23 Gard 22
    Hautes-Alpes 4 Cher 29 Haute-Garonne 16
    Ardèche 7 Corrèze 14 Gers 6
    Ardennes 9 Corse 16 Gironde 39
    Ariège 8 Côte-d’Or 13 Hérault 16
    Aube 31 Côtes-du-Nord 13 Ille-et-Vilaine 10
    Aude 11 Creuse 8 Indre 21
    Aveyron 10 Doubs 10 Indre-et-Loire 37
    Bouches-du-Rhône 42 Drôme 13 Isère 13

    ¬¬¬

    Jura 3 Morbihan 18 Seine 65
    Landes 5 Moselle 22 Seine-Inférieure 73
    Loir-et-Cher 38 Nièvre 23 Seine-et-Marne 46
    Loire 8 Nord 17 Seine-et-Oise 58
    Haute-Loire 25 Oise 57 Deux-Sèvres 26
    Loire-Inférieure 10 Orne 10 Somme 32
    Loiret 32 Pas-de-Calais 8 Tarn 6
    Lot 18 Puy-de-Dôme 39 Tarn-et-Garonne 10
    Lot-et-Garonne 13 Basses-Pyrénées 9 Var 13
    Lozère 3 Hautes-Pyrénées 3 Vaucluse 36
    Maine-et-Loire 45 Pyrénées-Orientales 15 Vendée 9
    Manche 38 Bas-Rhin 23 Vienne 27
    Marne 29 Haut-Rhin 12 Haute-Vienne 9
    Haute-Marne 15 Rhône 14 Vosges 4
    Mayenne 15 Haute-Saône 8 Yonne 42
    Meurthe 24 Saône-et-Loire 33 Algérie 35
    Meuse 9 Sarthe 12 Italie 1