Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1874 - tome 2.djvu/20

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ces lettres, madame la marquise, je vous réponds sur mon honneur de les bien garder.

« Fanny donna le paquet de lettres qu’elle tenait caché sur elle à mon mari, qui le mit aussitôt dans la poche de devant de son vêtement. Ce fut une inspiration du ciel, car on montait l’escalier de notre petit appartement. Bielsa crut qu’on l’appelait à la boutique et alla ouvrir la porte pour regarder sur le palier. Il n’eut que le temps de se retourner vers nous avec un geste énergique, et nous l’entendîmes s’écrier d’une voix claire et joyeuse : — Ah ! on ne peut pas venir plus à propos, monsieur le marquis ! J’allais vous écrire, et justement nous parlions de vous… Entrez, entrez, vous êtes, ma foi, le bienvenu ! — Et il s’effaça pour laisser passer le marquis de Mauville, qui parut sur la porte, pâle et les dents serrées. Jeanne se renversa sur son fauteuil et ferma les yeux pour ne pas rencontrer les siens.

« — Non, dit le marquis, je n’arrive point à propos, vous le voyez bien !

« — Pardonnez-moi, reprit ton père avec sa jovialité hardie. Le saisissement… c’est que… juste nous disions : Si le marquis arrivait, il serait bien content et Mme la marquise aussi. — Et, sans laisser à personne le temps de reprendre la parole : — Vous avez eu tant d’inquiétude ! n’est-ce pas ? Vous avez cru à un grand malheur ! Dieu merci, ce n’a été qu’un chagrin, un coup de tête. Madame dit que votre mère ne l’aime pas. Cela se peut, cela s’est vu, mais ce n’est pas une raison pour se tuer. Elle a pensé à Dieu et elle est revenue à elle-même. Elle s’est sauvée, elle est venue trouver ma femme, et voilà huit jours que nous la tourmentons pour qu’elle retourne chez elle, nous l’eussions accompagnée, ou pour qu’elle nous permette de vous écrire, elle ne le voulait pas. Dame ! elle avait la tête montée.

« — Vous deviez écrire quand même, dit le marquis, que Bielsa interrompit vivement.

« — Oui, nous l’aurions dû ; mais elle nous menaçait de se sauver de chez nous et d’aller se cacher ailleurs. Ma femme a pensé qu’il valait mieux obtenir la chose par persuasion, et voilà qu’elle cédait quand vous êtes entré.

« — Est-il vrai, madame, dit le marquis à sa femme, que vous consentiez à revenir chez vous ?

« — Oui, monsieur, répondit Fanny, que ma femme avait ranimée et qui sentit qu’en niant elle nous perdait avec elle ; puis se levant, elle ajouta : Je suis prête à vous suivre. « — Vous êtes en état de partir tout de suite ? reprit-il d’un air de doute.