Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 107.djvu/672

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’ornement devait être posé. En regardant ces feuilles irréprochables pour lesquelles l’impression typographique et l’impression en taille-douce ont fait de véritables tours de force, il est difficile de comprendre que chacune d’elles a subi trois trempages, a passé huit fois sous la presse et a été manipulée trente-deux fois par les ouvriers. On a établi, à l’atelier même de M. Salmon, un calcul qu’il est intéressant de faire connaître, car il démontrera l’importance de l’œuvre : si les eaux-fortes et les ornemens en taille-douce n’avaient été tirés que sur une seule presse, il n’eût pas fallu moins de cinquante ans pour mener ce travail à bonne fin.

Tout est terminé aujourd’hui ; ce livre, pour lequel tant d’arts divers se sont fraternellement associés, vient de paraître. Il peut prendre rang à côté des chefs-d’œuvre que les âges précédens nous ont légués. Je sais qu’un exemplaire a été envoyé à l’exposition de Vienne ; il y fera bonne contenance et honorera notre pays. On pourra mettre en parallèle ce qui sort des meilleures presses d’Angleterre et d’Allemagne ; on pourra fouiller dans les bibliothèques, chercher sur les rayons réservés, ouvrir l’armoire où les incunables dorment sous clé, on ne trouvera rien d’analogue à cet ensemble où tout a été combiné, pondéré, exécuté de façon à obtenir une œuvre absolument unique jusqu’à ce jour. Autrefois, à l’époque des jurandes et des corporations, on n’arrivait au grade de maître qu’après avoir fait ce qu’on nommait le chef-d’œuvre ; la maison Hachette vient de confirmer d’une façon éclatante les lettres de grande maîtrise qu’elle possédait depuis longtemps. Plus d’un bibliophile, en voyant ces amples marges, ces larges fonds, en faisant vibrer sous ses doigts ce papier solide et sonore, en examinant à la loupe ce caractère qui a la netteté d’un camée antique, en suivant de l’œil la fine régularité des filets rouges, en comparant la diversité des ornemens, qui se reproduisent sans se répéter, en cherchant une erreur dans le travail de la pointe qui a dessiné les eaux-fortes, en admirant les compositions ingénieuses, variées et charmantes de M. Bida, se souviendra de la phrase dont le père Lelong a honoré la Bible publiée en 1540 par Robert Estienne : « opus sane in arte typographica, si unquam fuit, perfectum ; c’est sans contredit, dans l’art typographique, un ouvrage parfait, si jamais il en fut. »


MAXIME DU CAMP.