Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1872 - tome 101.djvu/746

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Et sur quel pied êtes-vous à présent avec votre femme? lui demandai-je après un long silence.

— Nous sommes polis l’un pour l’autre... Parfois, lorsqu’il m’arrive de me souvenir,... alors... alors j’ai la migraine;... mais à cette heure nous sommes gais, gais! houssah! — Il lança la bouteille contre le mur; le Juif se réveilla en sursaut et tira son fronteau, qui lui glissa sur le nez. — Ah ! maintenant je suis bien. — Il déboutonna son vêtement. — Toujours gai! voilà la vie,... voilà le bonheur.

Il se leva, vint au milieu de la salle, les bras coquettement appuyés sur les hanches, et se mit à danser la cosaque en se chantant à lui-même un de ces airs bizarres, pleins d’une fougue enfantine et d’une sauvage mélancolie. Tantôt il était presque assis par terre et lançait les pieds comme on jette une chose qui vous gêne, tantôt je le voyais bondir et tourner sur lui-même dans l’air. Enfin il s’arrêta, les bras croisés sur la poitrine, et branla tristement la tête; puis il la prit dans ses deux mains comme pour l’arracher, et cria comme l’aigle lorsqu’il s’élance vers le soleil.

A ce moment, la porte s’ouvrit, et je vis entrer un vieillard vénérable, vêtu d’un sierak [1] brun, avec de longs cheveux blancs, une moustache pendante et des yeux madrés. C’était Siméon Ostrov, le juge. Un sourire mélancolique glissa sur sa face terreuse lorsqu’il nous aperçut. — Il y a longtemps que vous êtes là, messieurs? dit-il. Ce n’est point ma faute, je vous assure.

— Alors nous sommes libres de partir? demanda le boyard.

— Certainement, répondit Siméon le juge.

— Il est vrai que c’est trop tard maintenant, reprit l’autre : je veux dire pour moi; mais vous, dit-il en se tournant vers moi, vous en profiterez? Que Dieu vous conduise. Bonne santé ! — La Juive s’était approchée; il la regarda en souriant, lui prit le menton; elle devint cramoisie. Il fit mine de sortir, revint, et, me serrant la main : — Eh quoi! s’écria-t-il, l’eau rejoint l’eau, et l’homme retrouve l’homme [2].

J’étais debout sur le seuil pour le voir partir; il salua encore une fois de la main, puis la voiture disparut. Je me retournai vers le Juif. — Aïe, c’est un homme jovial, gémit ce dernier, un homme bien dangereux! On l’appelle Don Juan de Kolomea.


SACHER-MASOCH.

  1. Espèce de long caban de bure à capuchon que portent les paysans.
  2. Dicton petit-russien.