Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1872 - tome 101.djvu/711

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


portail de l’église de Spalato, l’église d’Arbe, sont à ce point de vue dignes d’étude. L’ensemble de ces édifices est toujours d’un effet original; le détail ne saurait en être examiné avec trop de soin, parce qu’on y retrouve l’image de la diversité des idées dans ce pays au moyen âge, les inspirations de l’Italie à côté des symboles byzantins, des caprices gothiques, des scènes dont le caractère slave est évident. Les riches trésors des églises rappellent presque toujours les artistes de Constantinople. La ciselure, l’orfèvrerie, les ivoires de Byzance ont été d’autant plus nombreux au moyen âge que la grande sculpture était interdite. On les retrouve dans la plus grande partie de l’Europe. Assez fréquens en France et en Allemagne, ils sont en telle quantité dans certaines régions situées très loin de l’empire grec, en Scandinavie par exemple, qu’il a fallu leur réserver dans les musées une section spéciale, donner le nom de byzantine à toute une période de l’art dans ces contrées du nord. M. Zimmermann vient de dessiner et de publier à Vienne les plus beaux des bijoux de travail gréco-slave conservés aujourd’hui sur la côte de l’Adriatique. Ce livre contribuera à mieux faire apprécier un art dont l’influence, si grande au moyen âge, est encore méconnue en Occident par beaucoup d’érudits. La Dalmatie du reste possède de véritables édifices byzantins : l’église de Saint-Donat, à Zara, monument du VIe siècle vanté par Constantin Porphyrogénète, a la forme d’une croix grecque que surmonte une coupole ; elle doit être comparée à Saint-Phocas de Torcello, cette relique célèbre d’un style disparu aujourd’hui de l’Occident. Saint-Donat toutefois présente une particularité : l’architecte a superposé deux étages réunis par un escalier monumental. La chapelle de Sainte-Domenica, également à Zara, remonte peut-être à une origine plus ancienne encore; ce nom rappelle un vocable fréquent chez les chrétiens d’Orient, hagia kyriaki, sainte dimanche; cette église a aussi deux étages. Le dôme de Saint-Vito, dans une rue voisine, est une imitation de celui de Saint-Donat. Ce sont là des monumens d’un intérêt exceptionnel pour l’archéologie de l’art; il est regrettable que les habitans en fassent des greniers à foin. Un pays qui possède une série si riche d’édifices de toutes les époques doit à l’histoire de les conserver tous avec une égale piété.

Les monumens de la Dalmatie, comme les destinées de cette province au moyen âge, comme ses archives, ses essais littéraires et les mœurs actuelles, nous montrent un peuple bien doué auquel les circonstances n’ont pas été favorables. De même que tous les Slaves du sud, il a été victime de la barbarie. Il est de mode de médire du romanisme, de la civilisation latine ; quel peuple en Europe a pu sortir d’une enfance sauvage sans le secours de la civilisation de