Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1872 - tome 101.djvu/704

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus soumis à des invasions perpétuelles. Au VIIe et au VIIIe siècle arrivent les Bulgares, au XIe siècle les Hongrois, au XVe les Turcs, conquérans plus terribles que tous les autres. Dans l’Europe occidentale, si on excepte les Maures d’Espagne et les Normands, les invasions sont terminées au VIe siècle; au sud du Danube, elles durent jusqu’aux temps modernes.

Au milieu de si cruelles épreuves, que pouvaient faire ces malheureux peuples? Ils avaient les qualités des barbares, mais ils en avaient les défauts; toujours prêts à la lutte, divisant à l’infini le territoire qu’ils occupaient pour donner des royaumes à tous les fils de leur prince, et ensuite s’épuisant dans les guerres que provoquaient ces partages. Ils s’organisèrent cependant. Vers le VIIIe siècle, le royaume de Croatie (640-1087) avait une administration où on retrouvait le désir d’imiter l’Occident. Le pays était divisé en zoupanies, vieilles circonscriptions qui groupaient plusieurs tribus; les anciens y exerçaient l’autorité comme ils le font encore dans les villages dalmates, chaque zoupanie devait un contingent militaire fixe. Le roi s’entoura d’une cour; à côté du cancellarius, du cavallarius, de l’armigerus, fonctionnaires dont les noms étaient empruntés aux Latins, on voyait des dignitaires slaves, l’ubruzar, ou préfet de la table, le volar, chef des troupeaux, le schitonos, porteur de boucliers. Cette curie royale, où se réunissaient les principaux chefs militaires, parcourait les provinces pour rendre la justice. Chaque année, une assemblée générale ou zbor décidait des questions importantes. Les lois n’étaient pas écrites; des arbitres élus par les partis réglaient les contestations : la compensation en argent resta longtemps admise pour le meurtre. Ces Slaves avaient même fait à l’empire de Byzance un emprunt : l’impôt du trentième. Ces habitudes diffèrent-elles beaucoup de celles de tous les barbares qui s’établirent en Occident? Au Xe siècle, les princes de Croatie étaient devenus assez forts pour que Cresimir instituât des comtes, tentât de diminuer l’indépendance des zoupanies. Le royaume de Serblia, créé dans le même temps que celui de Croatie, et qui comprenait une partie de la Dalmatie intérieure, l’Herzégovine et la Bosnie jusqu’au Drillo, nous montre à cette époque les mêmes efforts pour organiser une administration. Des essais perpétuels entrepris sans secours suffisans, interrompus aussitôt que tentés, telle est l’histoire de ces deux principautés et de toutes celles qui occupèrent ces pays. Mettez les Francs, les Germains, les Lombards dans les conditions où se sont trouvés les Slaves du sud, ces peuples seraient aujourd’hui aussi arriérés que les Bosniaques et les Sclavons.

Les habitans de la côte furent moins éprouvés. Sans parler des villes du nord, où le sang italien était mêlé au sang slave, au sud