Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1872 - tome 100.djvu/849

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nuit, agités par la brise comme un drapeau de sécession ; il me dit : — Homme de péché ! — puis grogna et s’en fut.

« Je m’endormis, et rêvai d’enlever les jolies petites trembleuses sur mon ours de Californie ; mais je voyais aussi le maudit ours insister pour entrer droit sous ma porte à Baldinsville, et Betsey-Jane ma ménagère nous recevoir armée d’une potée d’eau bouillante.

« L’ancien m’éveilla de bonne heure. Il me dit que des rafraîchissemens étaient prêts en bas pour l’homme de péché. Comme j’entrais dans la chambre où était servi mon repas, je tombe sur l’ancien et l’ancienne… Et que croyez-vous qu’ils faisaient ? Ils s’embrassaient de tout leur cœur. Je dis : — Mes amis trembleurs, mieux vaudrait relâcher un peu la règle et vous marier.

« — Excusez frère Urie, dit la femme ; il est sujet à des attaques pendant lesquelles il ne sait plus ce qu’il fait.

« — Je connais cela, dis-je.

« — Homme de péché ! murmura l’ancien.

« Après le déjeuner, mes petites amies reviennent enlever les plats. — Mésanges, leur dis-je, si nous disions oui encore une fois ?

« — Nenni, dirent-elles, — et je dis nenni.

« Les trembleurs me demandèrent d’aller à leur service du matin, ce que je fis, après avoir mis du linge blanc. L’église était d’une propreté parfaite, le parquet blanc comme de la chaux et luisant comme une glace. Les trembleurs se trouvaient tous là, en gilets et en sacs à blé propres, alignés comme un régiment, les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. Ils commencèrent à battre des mains, à chanter et à danser d’abord lentement, puis la danse s’échauffa, et je vous assure que l’ancien Urie en particulier montra qu’il avait les jambes agiles pour son âge. Une glissade l’amena près de moi, et je lui dis, en l’admirant : — Bravo, mon garçon, continue, vieux farceur !

« — Vous êtes un homme, de péché, répondit-il en achevant sa cabriole.

« L’esprit, comme ils le nomment, dicta ensuite quelques paroles à un petit trembleur très gras. Il dit qu’ils étaient trembleurs et tous égaux, — qu’ils étaient les plus purs sous le ciel, que les autres étaient pécheurs autant que possible, mais que chez les trembleurs tout marchait à souhait. Les trembleurs s’en iraient droit à la terre promise, et quiconque leur barrerait le chemin serait renversé. Les trembleurs se remirent à danser et à chanter ; puis, quand tout fut fini, l’un d’eux me demanda ce que j’en pensais. Je demandai à mon tour : — Qu’est-ce que cela signifie ?

« — Quoi ? dit-il.