Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1872 - tome 100.djvu/328

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


amour bouillonnait en haine, dont ses yeux éclaboussaient l’Espagnol sous forme d’étincelles. C’étaient comme des éclairs de chaleur qui par momens me réveillaient moi-même. J’avais donc ôté mon habit et j’étais les talons en l’air, étendu tout en sueur, — entre les dents un de ces cigares de feuilles de choux que les gens de San-Francisco trouvaient assez bons pour nous dans ce temps-là ; les avocats aussi avaient ôté leurs habits, fumant et pâlissant de fatigue, les témoins aussi et le prisonnier de même. Le fait est qu’une affaire de meurtre n’inspirait aucun intérêt, le verdict de non-culpabilité étant toujours rendu, car chaque juré s’attendait à ce qu’on lui rendît la pareille un jour ou l’autre. Bien que toutes les preuves fussent contre l’Espagnol, nous savions que nous ne pouvions le condamner sans paraître arrogans et sans faire injure à la plupart des membres de notre société, car dans ce temps-là il n’existait chez nous ni équipages, ni livrées, et le seul luxe qu’on se permît était d’avoir chacun son petit cimetière particulier. Cependant cette femme s’était mis en tête de faire pendre l’Espagnol, et il fallait voir comme elle dardait sur lui un regard enflammé, pour le tourner ensuite suppliant vers moi et interroger de même le visage de chacun des jurés, et enfin laisser tomber sa tête entre ses mains, comme si elle y eût renoncé, puis se ranimer encore et se reprendre à la même inquiétude ardente ; mais quand le jury prononça le verdict de non-culpabilité, et que je déclarai au prisonnier qu’il était acquitté, libre de s’en aller par conséquent, la diablesse se leva si droite qu’elle paraissait grande comme un vaisseau de soixante-quatorze canons, et dit : — Juge, dois-je comprendre que cet homme qui a tué mon mari sans cause, sous mes yeux, sous les yeux de mes petits enfans, n’est pas coupable, et que tout a été fait contre lui de ce que la justice et la loi peuvent faire ?

« Je répondis : — C’est cela même. — Que croyez-vous qu’elle fit alors ? Elle se retourna comme un chat sauvage vers cet imbécile d’Espagnol, qui ricanait, et, tirant un pistolet de sa gorge, le tua raide en plein tribunal.

« — C’était une femme de cœur, dis-je.

« — N’est-ce pas ? fit le juge avec admiration. Je n’aurais voulu pour rien au monde manquer de voir cela. J’ai ajourné la séance immédiatement, nous avons remis nos habits, et nous sommes tous sortis faire une souscription pour elle et ses petits avant de les renvoyer à leurs amis de l’antre côté de la montagne. Ah ! c’était une femme de cœur ! »

Ailleurs nous recueillons un trait de mœurs et de caractère, l’âpre amour du gain croqué au vol. Le petit Johnny Greer vient