Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1872 - tome 100.djvu/324

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui ferait injure de la comparer à une autre ; de façon que Smiley gardait Daniel dans une petite boîte à claire-voie qu’il emportait parfois à la ville pour quelque pari.

« Un jour, un individu étranger au camp L’arrête avec sa boîte et lui dît : — Qu’est-ce que vous avez donc serré là dedans ?

« Smiley dit d’un air indifférent : — Cela pourrait être un perroquet ou un serin, mais ce n’est rien de pareil, ce n’est qu’une grenouille.

« L’individu la prend, la regarde avec soin, la tourne d’un côté et de l’autre, puis il dit : — Tiens ! en effet ! A quoi est-elle bonne ?

« — Mon Dieu ! répond Smiley, toujours d’un air dégagé, elle est bonne pour une chose à mon avis, elle peut battre en sautant toute grenouille du comté de Calaveras.

« L’individu reprend la boîte, l’examine de nouveau longuement, et la rend à Smiley en disant d’un air délibéré : — Eh bien ! je ne vois pas que cette grenouille ait rien de mieux qu’aucune grenouille.

« — Possible que vous ne le voyiez pas, dît Smiley, possible que vous vous entendiez en grenouilles, possible que vous ne vous y entendiez point, possible que vous ayez de l’expérience, et possible que vous ne soyez qu’un amateur. De toute manière, je parie quarante dollars qu’elle battra en sautant n’importe quelle grenouille du comté de Calaveras.

« L’individu réfléchit une seconde, et dit comme attristé : — Je ne suis qu’un étranger ici, je n’ai pas de grenouille ; mais, si j’en avais une, je tiendrais le pari.

« — Fort bien ! répond Smiley. Rien de plus facile. Si vous voulez tenir ma boîte une minute, j’irai vous chercher une grenouille. — Voilà donc l’individu qui garde la boîte, qui met ses quarante dollars sur ceux de Smiley et qui attend. Il attend assez longtemps, réfléchissant tout seul, et figurez-vous qu’il prend Daniel, lui ouvre la bouche de force et avec une cuiller à thé l’emplit de menu plomb de chasse, mais l’emplit jusqu’au menton, puis il le pose par terre. Smiley pendant ce temps était à barboter dans une mare. Finalement il attrape une grenouille, rapporte à cet individu et dit : — Maintenant, si vous êtes prêt, mettez-la tout contre Daniel, avec leurs pattes de devant sur la même ligne, et je donnerai le signal ; — puis il ajoute : — Un, deux, trois, sautez !

« Lui et l’individu touchent leurs grenouilles par derrière, et la grenouille neuve se met à sautiller, mais Daniel se soulève lourdement, hausse les épaules ainsi, comme un Français ; à quoi bon ? il ne pouvait bouger, il était planté solide comme une enclume, il n’avançait pas plus que si on l’eût mis à l’ancre. Smiley fut