Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1871 - tome 93.djvu/617

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES


RÉCENTES EXPLORATIONS


DE LA CHINE




IV.
Voyage dans les provinces centrales de la Chine et au Thibet oriental.




I.

Nous avons essayé de donner une idée générale de la physionomie du territoire de la province de Kiang-si [1], et l’on a vu quelle était l’abondance de l’eau dans la région située au sud du Fleuve-Bleu. Du reste, aucun trait saillant ne distingue cette partie de la Chine des provinces limitrophes de Quang-tung et de Fou-kien. L’agriculture occupe le pays presque en entier et donne des produits de tout genre. A côté des rizières, des champs de blé, d’orge, de millet, de sorgho, de blé noir, on rencontre les champs de haricots, de pois, de fèves, de melons, de courges. Un haricot ligneux envahit les terrains incultes, qu’il couvre de pousses d’une longueur énorme, et c’est une ressource fort appréciée des habitans ; les tiges de la plante donnent un fil très solide, utilisé pour la confection de vêtemens d’été. Une autre plante textile, l’ortie blanche, soit cultivée, soit à l’état sauvage, est partout. Le sésame, une

  1. Voyez la Revue du 15 mai.