Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1871 - tome 93.djvu/579

Cette page a été validée par deux contributeurs.


rêt dont il s’agit ; mais elle ne put couper court aux abus de cette justice expéditive, qui avait droit de vie et de mort sur ceux qu’elle traînait à ses bancs sans qu’ils eussent préparé leur défense.

De la presse, nous ne parlerons que pour mémoire. L’arrêt de mort lui fut promptement signifié ; les journaux furent supprimés à tort et à travers par le motif très simple, qu’en temps de guerre il est juste de tuer son ennemi de toutes les manières.

La commune n’a pas, comme l’empire, ajourné indéfiniment le couronnement de son édifice ; elle s’en est occupée longtemps avant d’avoir assis la base même du bâtiment. Sa fameuse déclaration au peuple français, insérée le jeudi 20 avril dans son journal officiel, est l’exposé solennel de ses principes. Il paraît que ce morceau original n’est pas même d’un de ses membres. Félix Pyat en fait remonter l’honneur à son collaborateur au Vengeur, Pierre Denys, qui s’était constitué le Montesquieu de l’Hôtel de Ville. Celui-là certes peut se vanter d’avoir produit un chef-d’œuvre de déraison politique sans pareil, car il aboutissait à créer en France autant d’états divers que de communes, et à produire la plus monstrueuse mosaïque qu’on puisse imaginer.

On le voit, rien n’échappait aux décrets de la commune. Religion, instruction publique, éducation, libertés individuelles, justice, suffrage universel, elle révisait tous les droits pour les violer tous ensemble dans la théorie et dans la pratique. La gloire nationale n’a pas trouvé plus de grâce devant elle, et les Prussiens eurent la satisfaction de voir tomber la colonne Vendôme. Ce fut le plus grand succès remporté par la horde cosmopolite de l’Hôtel de Ville, qui trouvait son plaisir à blesser au cœur la patrie française. Ce n’était pas du reste un motif pour ménager les institutions internationales les plus dignes de respect. La Société de secours aux victimes de la guerre en sait quelque chose. Fidèle à son noble programme, elle ramassait les blessés des deux camps, et couvrait toutes les souffrances de son pavillon vraiment sacré. Acceptée par l’Europe entière, représentant la philanthropie de toutes les nations, elle semblait devoir conserver ses immunités, même sous le régime du 18 mars. Il n’en fut rien. La commune chassa brutalement les femmes de cœur qui se dévouaient depuis tant de mois aux blessés ; elle fit main basse sur les fonds qui étaient dus à la générosité d’innombrables donateurs, elle perquisitionna chez les dames patronnesses de l’œuvre, et les força de fuir. Ne s’arrêtant pas devant l’admirable dévoûment du docteur Chenu, qui a été l’âme de cette sainte entreprise, elle le fit arrêter sans cause. A peine relâché, celui-ci reprit son poste, foulant aux pieds les plus légitimes susceptibilités pour ne songer qu’au bien des blessés. La croix de Genève fut remplacée par le drapeau rouge. Il n’est pas de tribu