Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1871 - tome 93.djvu/280

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sions de district ; il statue sur les appels des intéressés contre les décisions de commissions locales, il sanctionne les emprunts à charge de taxes, que ces commissions veulent contracter. L’assainissement de la Tamise est l’une des principales œuvres dont la commission métropolitaine est chargée. Pour couvrir les frais considérables de ces travaux, la commission peut lever une taxe de 3 pence par livre de revenu sur toute propriété bâtie ou non bâtie ; cette taxe est réservée aux travaux de la Tamise. Les autres dépenses du bureau métropolitain sont couvertes au moyen de taxes, qu’il répartit en ayant égard à deux considérations : d’une part la richesse de chacun des districts, d’autre part l’avantage que chaque partie de la métropole doit retirer des nouveaux travaux.

Cette esquisse de l’organisation de la métropole anglaise serait très incomplète, si nous n’y joignions l’exposé rapide du système de police. L’unité essentielle au service de la police a motivé en 1829 une réforme radicale dans l’organisation de ce service à Londres. Jusqu’alors la métropole était divisée, sous ce rapport aussi, en districts, qui n’avaient pas de lien commun. Le service manquait d’ensemble, au grand avantage des malfaiteurs, qui se dérobaient assez aisément aux poursuites en passant d’un district dans l’autre. La réforme de 1829 a produit une amélioration sensible. Aujourd’hui la police est constituée à Londres d’une manière tout à fait spéciale ; c’est une administration indépendante. La police métropolitaine embrasse non-seulement l’agglomération de Londres, mais encore tout le comté de Middlesex et une partie des comtés de Surrey, Kent, Herts et Essax ; elle étend en outre sa juridiction sur tout le cours inférieur de la Tamise et sur les rives de ce fleuve. À la tète de ce service, l’on trouve un commissaire en chef avec deux commissaires-adjoints ; ces trois fonctionnaires sont nommés par la couronne. Les commissaires-adjoints sont les auxiliaires du commissaire en chef quand il est présent, ses suppléans quand il est absent. Ils sont en outre juges de paix et de police (justices of peace) pour les comtés de Middlesex, Surrey, Herts, Essex, Kent, Berks et Buckingham : ils servent ainsi de lien entre la police de la métropole et la police des comtés adjacens. La police métropolitaine est une personne morale qui a un patrimoine et des ressources propres. Ces ressources et ce patrimoine sont confiés à un receveur, nommé par le commissaire en chef : c’est également le commissaire en chef qui nomme tous les agens. Le receveur représente la police métropolitaine au point de vue économique. Il est investi de tous les biens meubles et immeubles appartenant à la police ; il fait tous les actes concernant l’achat, la conservation et la vente de ces biens. C’est un point remarquable, et qui mérite d’être reproduit chez