Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1871 - tome 93.djvu/144

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA LORRAINE


SOUS


LE RÉGIME PRUSSIEN




Un des caractères de la guerre de 1870, c’est la séparation violente opérée par l’invasion, on pourrait presque dire l’isolement complet, des diverses parties de la France. Pendant des mois entiers, les malheureuses provinces de l’est surtout sont demeurées étrangères au reste du pays. Ce récit fera connaître à la France ce que fut la situation des départemens orientaux durant la guerre et après l’armistice ; il complétera, par des témoignages nouveaux et des documens authentiques puisés aux archives municipales du pays, ce qui a été dit ici avec tant d’émotion par M. Mézières [1] sur le sort de nos compatriotes si brusquement placés sous la loi du vainqueur. On verra par quels procédés l’administration prussienne sait envelopper et garrotter un pays conquis, et s’il est possible de compter beaucoup à l’avenir sur « l’insurrection des départemens perdus. » À Dieu ne plaise de vouloir par là décourager toute espérance de les recouvrer ; mais il est bon de nous mettre en garde contre une illusion, afin de bien mesurer, quand le moment sera venu, notre effort à la difficulté de l’entreprise.

I.

Il y a cinq ans, tandis que la guerre sévissait de l’autre côté du Rhin, ce n’étaient dans nos provinces de l’est que fêtes triomphales. Au moment même où les généraux du roi Guillaume arrivaient en

  1. Voyez la Revue du 1er octobre 1870.