Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1867 - tome 67.djvu/556

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DES
ASSURANCES SUR LA VIE

I. Théories des Annuités viagères et des Assurances sur la vie, par Francis Baily, 1836. — II. Tables anglaises des rentes viagères, act 10, Geo. IV, c. 24. — III. Essai sur les Lois du hasard, Études sur les Assurances, par M. Alfred de Courcy. — IV. L’Assurance, par M. Bd. About, 1865. — V. Assurances sur la vie, par M. Eug. Reboul, 1863. — VI. Des Assurances sur la vie, par M. Léopold Duménil, 1865. — VII. Les Petites Assurances sur la vie, par l’état, dans les bureaux de poste en Angleterre, par M. Augustin Cochin. — VIII. Étude médico-légale sur les Assurances sur la vie, par MM. A. S. Taylor et Ambroise Tardieu, 1866.


La question des assurances a donné lieu, depuis quelques années surtout, à un mouvement financier et économique dont il serait peut-être intéressant d’examiner les diverses phases. La chose et le mot, tout familiers qu’ils soient au public en général, ne présentent pas toutefois des notions tellement claires qu’il n’y ait profit à les élucider davantage. En France spécialement, on trouve encore de vastes régions où ni la chose ni le mot n’ont pénétré : malgré les tournées intéressées des commis-voyageurs en assurances, en dépit de l’éloquence prolixe des courtiers jaloux d’encaisser leur part de primes, nous pourrions citer par exemple tel canton de la Normandie, c’est-à-dire d’une province qui ne passe pas précisément pour négliger la science des intérêts, où la plaque, signe de la prévoyance qui sait faire la part du feu, manque presque partout à la porte des maisons riches ou pauvres. Ce n’est pas cependant d’hier que l’on sait ce qu’il y a de profit à sacrifier une petite portion de sa fortune pour en rendre le reste inattaquable aux. chances du sort, pour s’assurer contre les fléaux de tout genre dont notre monde sublunaire est le théâtre, pour mettre les biens