Page:Revue des Deux Mondes - 1867 - tome 67.djvu/278

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA
SCIENCE DU LANGAGE

Lectures on the Science of Language delivered at the Royal Institution of Great-Britain, by Max Müller; 2 vol. in-8°. London 1861-1864.

L’ouvrage dont nous entretiendrons aujourd’hui les lecteurs de la Revue se compose de deux parties publiées à trois années d’intervalle. Les deux volumes qu’il comprend traitent de deux sujets assez différens pour qu’il soit difficile d’en rendre compte en une seule fois. La valeur scientifique en est aussi très différente. Tandis que le premier est un exposé de la science considérée dans son histoire, dans sa méthode et dans ses principaux résultats, l’autre cherche d’abord à élucider les conditions physiologiques de la parole et présente ensuite quelques applications souvent contestables des lois démontrées dans le premier traité. Au reste, c’est ce dernier qui a le plus contribué à populariser en Europe le nom de M. Müller; il date de l’année 1861. Depuis cette époque, il a eu plusieurs éditions et il a été traduit en plusieurs langues. Il est donc connu de beaucoup de lecteurs, et nous pouvons dire qu’il mérite de l’être non-seulement à cause du savoir de l’auteur, mais aussi parce qu’il contient le premier exposé systématique d’une science nouvelle dont l’avenir est certainement incalculable. M. Müller a partagé son premier volume en neuf leçons, qui rappellent les séances publiques qu’il a données il y a cinq ans à l’Institution royale de Londres. La masse énorme de faits qu’il y a rassemblés en rend la lecture souvent pénible aux personnes qui n’ont pas l’habitude des