Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1866 - tome 62.djvu/322

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fatigués. Leur teint basané se colorait aux joues et autour du front d’un vif éclat sanguin. On rie changea rien à la position de la cloche, comme si l’on eût voulu lui donner le temps de se sécher et de respirer à l’air libre. C’était l’heure du dîner pour les hommes employés aux travaux. Je venais d’assister au spectacle de la cloche remontant à la surface, il me restait maintenant à la voir redescendre au fond de la mer.

La même barque qui avait amené les deux ouvriers vers la grande maison de bois flottante les reconduisit, après une heure de repos, du côté de la diving-bell, qui, suspendue entre ciel et eau, avait la forme d’un immense coffre de fer ouvert par le fond [1]. Les préparatifs de la descente ont quelque chose d’imposant qui, pour une imagination effrayée, rappellerait assez bien les apprêts d’une condamnation à mort. Rien n’y manque, ni l’échafaud, ni la chambre secrète, ni le gouffre des vagues menaçantes. Les plongeurs, Dieu merci, ne considèrent point ainsi leur situation, et semblent au contraire fiers de toucher à pied sec le fond de cette mer où tant d’autres ont trouvé leur tombeau. Quoi qu’il en soit, la barque vint se placer sous la cloche, élevée de trois ou quatre pieds au-dessus de la surface. Les deux hommes montèrent l’un après l’autre dans l’intérieur, s’aidant pour cela d’un anneau de fer suspendu au plafond de la voûte, et qu’ils saisissaient habilement avec les mains. Là ils prirent place sur deux bancs de bois huches à une certaine hauteur dans la cavité de la cloche. Quelquefois quatre et même six ouvriers trouvent à s’asseoir dans ce curieux véhicule. Ceci fait, le bateau se retire. Un moment de plus, et la voix du contre-maître commande de lâcher les chaînes : lower away ! C’est alors que la cloche, animée d’un mouvement perpendiculaire et presque insensible, descend vers la mer. Peu à peu les vagues vinrent lécher les bords inférieurs de la machine, qui s’abaissait.- Il est essentiel que les quatre coins de cette masse plus ou moins carrée touchent d’aplomb et simultanément la surface des lames, car autrement les eaux s’introduiraient dans l’intérieur de la diving-bell. Il faut aussi que la chute soit lente et graduée sous peine de causer instantanément la mort. Pourtant la cloche avait entr’ouvert la superficie des flots, où elle s’enfonçait par son propre poids, étant construite en fonte et dès lors assez lourde, quoique ballonnée d’air, pour déplacer le liquide. La calotte de fer s’éleva encore quelque temps au-dessus des vagues, puis je la vis décroître et disparaître. A peine la cloche eut-elle sombré que je pus en quelque sorte la

  1. Cette forme varie beaucoup suivant l’âge de la construction. On fit d’abord toutes ces machines coniques, et c’est sans douté à cette circonstance qu’elles doivent le nom de cloches. Depuis, on a préféré la figure d’un parallélipipède ou d’un parallélogramme.