Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1866 - tome 61.djvu/427

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


promontoire portent son nom. Une stèle funéraire lui a été érigée par les soins de sir John Barrow dans l’Ile Beechey, d’où il était parti pour cette malheureuse expédition. A Greenwich, un monument commémoratif, élevé par souscription dans la cour des invalides de la marine, rappelle à ces vieux matelots l’acte de dévouement volontaire et spontané du jeune officier français. Cette souscription permit encore de doter les sœurs de Bellot et d’assurer l’avenir de sa famille. La France, représentée par l’empereur, s’associa à cette manifestation. Ainsi deux nations ont rendu hommage à la mémoire de Bellot, et son nom sera toujours cité parmi ceux des voyageurs qui ont illustré les régions arctiques de l’Amérique.

L’autre officier de la marine militaire dont nous avons parlé, M. Emile de Bray, servit comme volontaire dans l’escadre commandée par sir Edward Belcher et composée du Resolute, de l’Intrepid, du Northstar, de l’Assistance et du Pioneer. M. de Bray était sur le Resolute avec le capitaine Kellett et le lieutenant Mac Clintock. A l’île Beechey, les navires se séparèrent. Le Northstar resta comme stationnaire : sir Edward Belcher entra dans le détroit de Wellington avec l’Assistance et le Pioneer, tandis que le Rdsolute se dirigeait vers l’île Melville, où Parry avait hiverné en 1819 ; il y passa l’hiver de 1852-1853. M. de Bray accompagna Mac Clintock dans une exploration en traîneaux du nord-ouest de l’île Melville, et revint seul après un voyage de 45 jours. En arrivant, il trouva le lieutenant Pim, qui avait ramené une partie de l’équipage de l’Investigator, commandé par Mac Clure. C’est ce navire qui, après avoir pénétré par le détroit de Behring dans le canal de Banks, était retenu depuis trois hivers au fond de la baie de Mercy, et dut être abandonné par le vaillant capitaine qui avait juré de trouver Franklin ou le passage du nord-ouest. Le 18 août 1853, le Resolute quittait son port d’hivernage pour retourner en Europe. Vain espoir ! le 26 septembre, il était pris de nouveau dans les glaces au milieu du détroit de Barrow. M. de Bray passa donc un second hiver sous le 74e degré de latitude et n’abandonna le Resolute que le 8 mai avec un convoi de malades qu’il amenait à l’île Beechey, où ils s’embarquèrent sur le Northstar, Le Resolute et l’Intrepid furent abandonnés, sur l’ordre de sir Edward Belcher, dans le détroit de Barrow. M. de Bray, envoyé vers l’amiral pour lui porter des dépêches importantes, parcourut une distance de 111 kilomètres en douze heures sur un traîneau attelé de dix chiens esquimaux. C’était la même côte que Bellot avait suivie ; mais, plus heureux que lui, M. de Bray revint en France, après une absence de deux ans, reprendre son rang dans notre marine militaire, où il est le seul représentant de la navigation dans les mers arctiques.