Page:Revue des Deux Mondes - 1864 - tome 54.djvu/963

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


réalités ne se confondent pas avec des apparences et que des principes vrais ne soient pas jugés sur des faits qui semblent leur donner tort. La chimère de Blanqui fut précisément d’attaquer des principes vrais et constans au nom de faits variables. La solidité d’allures si remarquable chez Say n’allait pas au tempérament de Blanqui ; plus vif et plus hardi, il aimait les aventures. Sismondi l’avait devancé dans la mêlée, obéissant aux troubles de sa conscience ; Blanqui s’appuya de cet exemple. Les circonstances agissaient sur eux et entretenaient des émotions que nous avons tous partagées. On était au fort de la crise que la révolution des machines infligeait aux manufactures ! Nous en recueillons les bénéfices, alors on assistait aux douleurs qui en résultaient les ouvriers étaient en butte à de profondes misères, et luttaient avec l’énergie du désespoir contre les forces de la nature, qui les désarmaient et les déclassaient. À peine osait-on entrevoir le moment où le travail manuel, allégé de ce qu’il avait de plus pénible, offrirait à ces populations en détresse de meilleurs salaires dans des cadres reconstitués. Rien qui ne fût sombre et ne tournât au découragement ; l’économie politique était devenue suspecte. On l’impliquait dans des désastres dont elle n’avait fait qu’indiquer d’avance le terme, et il était facile de dégager sur ce terrain la responsabilité de la science ; mais ce moyen de défense était trop lent aux yeux de Blanqui : il eut recours à un biais malheureux. De toutes les nations, l’Angleterre était la plus cruellement frappée, et la cause en était évidente ; elle souffrait en raison du nombre de bras détournés de leur emploi. Le professeur trouva le commentaire trop simple, et de raffinement en raffinement en vint à tirer sur ses propres troupes. Ce fut à l’économie politique anglaise qu’il s’en prit en la montrant dépourvue d’entrailles, et il lui opposa une économie politique française plus humaine, mieux inspirée, qui n’existait que dans son imagination. Il y avait dans cette accusation une injustice et une erreur. Loin d’abandonner ses indigens, l’Angleterre les secourait jusqu’à l’imprévoyance, et leur ouvrait de tels cadres, leur donnait une telle action contre la paroisse, que plus tard, sous peine de ruine, il fallut réformer une législation qui remontait à la reine Elisabeth. À cette violence contre les faits, Blanqui en ajoutait une plus grave contre les principes. La force essentielle de l’économie politique est dans son universalité : elle ne s’adresse ni à un peuple ni à un état, mais à tous les états et à tous les peuples, sans se préoccuper des différences qui tiennent aux mœurs, aux coutumes, aux intérêts et au génie. Elle n’a d’action véritable que si elle obtient le consentement du monde civilisé et par le avec lui une langue commune. La distinction de Blanqui, si elle eût été admise, eût amené la ruine et la confusion de la science.