Page:Revue des Deux Mondes - 1864 - tome 54.djvu/494

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXXIV


Plus de brumeuse erreur ! c’est assez de mystère !
Le dernier Faust est mort de son rêve rentré,
Pressant contre un cœur vide un néant adoré ;
Voyant qu’après le bois vient le charbon de terre,
Saint Laurent s’est levé, puis dans un grand voltaire
Il est allé s’étendre et dort comme un curé.

XXXV


Oui, magistrat honnête et confit en bien dire,
Oui, la société, les mœurs et la maison,
Oui, la base immortelle, oui, le sombre horizon
(Allez, ce n’est pas moi qui veux vous contredire),
Oui, le but ténébreux de fauteurs en délire…
Monsieur le magistrat, vous avez bien raison.

XXXVI


Le présent, voyez-vous, est le mot de la chose ;
Le présent à plein bust, guorgias et point manchot,
Bien bullé, de morisque, enfreluché, grimault,
Crouste levé, niéblé, quinault et bouche close,
A beaux affiquets d’or, à beaux flocquars de rose
Le présent, voyez-vous, de la chose est le mot.

XXXVII


Et vous dont l’âme obscure est pareille à la voûte
Où l’ombre opaque et sourde est vierge de clartés
Et d’où des pleurs rhythmés découlent goutte à goutte ;
Utopistes chagrins, mécontens brevetés,
Dites-les donc enfin, vos regrets entêtés !
De quoi vous plaignez-vous ? Allons, parlez, j’écoute.

XXXVIII


………………
………………

XXXIX


Oh ! oh ! mais il n’importe, et cela n’est pas fort !
Tout votre monument vaut une pichenette.