Page:Revue des Deux Mondes - 1864 - tome 54.djvu/343

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sans habit de dessus et portant un gilet vert d’où sortaient des manches de percale rose ; un petit col de satin noir brodé en perles bleues entourait son col ; Il tenait d’une main la bride, de l’autre son coq de combat. C’était le curé du lieu, grand amateur de ces sortes de spectacles, comme la plupart de ses confrères. Autour du reñidero, hommes, moines, prêtres, gamins, se pressaient à l’envi. Les coqs étaient armés d’éperons de fer très aigus, rattachés à leurs pattes par des bandelettes de drap. Lorsque, deux combattans s’annonçaient comme également vaillans, des paris s’engageaient en faveur de l’un ou de l’autre. C’étaient des cris, des huées, des applaudissemens frénétiques. L’indolence créole, si complète en toute autre chose, semblait recevoir ici le seul coup de fouet qui la pût réveiller. Sir Henri, qui, bien qu’Anglais, détestait de semblables récréations, s’éloigna vite avec Pastor de ce champ de bataille tumultueux, et retourna à la fonda.

Le lendemain, de très grand matin, le vaquiano, l’éveilla, — Je crains un orage, dit-il ; mettons-nous en route sans tarder. Je me suis fait indiquer le chemin de l’estancia de Santa-Rosa ; nous y arriverons, je l’espère, au milieu du jour.

Un vent embrasé, pareil à la vapeur qui s’échappe d’un four, semblait sécher les plantes et jaunir les arbres sous son haleine brûlante. Une sorte de brume rousse enveloppait le désert. De loin en loin, des troupeaux de bœufs, de chevaux, de génisses, baissant la tête, inquiets et haletans, se dirigeaient vers ces lignes verdâtres de l’horizon qui indiquent les forêts. Pastor les montra à sir Henri. — Ils sentent l’orage, dit-il, et ils cherchent un abri. — Les chevaux des deux voyageurs, oppressés, alanguis, ne marchaient plus qu’avec peine. Sir Henri lui-même se sentait mal à l’aise, un cercle de fer lui serrait le front, et un poids énorme accablait sa poitrine. Pastor, impassible, consultait le soleil pour s’orienter dans ces solitudes où il s’engageait pour la première fois. De gros iguanes semblables à de petits caïmans sortaient paresseusement de leurs trous, des serpens vert-de-gris ; d’autres jaunes à dessins noirs, se traînaient dans l’herbe. Quiroga les fit remarquer à sir Henri. — Encore un signe précurseur d’orage ! dit-il. — Des nuées de perruches vertes, de charmantes petites colombes appelées palomitas de la Virgen, des colibris couleur d’émeraude et de rubis, voletaient d’un air anxieux, s’abattaient sur les buissons, puis, se relevant, s’oubliaient jusqu’à se poser sur le dos de quelque bœuf qui, les naseaux dans le sable, semblait décidé à mourir sur place plutôt quelle faire un mouvement. Par moment, les plages sablonneuses des lagunes et des cours d’eau, labourées par le vent, se soulevaient en nuages de poussière à travers lesquels le soleil n’apparaissait plus que comme un disque rougeâtre, Pastor commençait