Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1863 - tome 47.djvu/177

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui qui attribue à la lune une influence décisive sur les changemens de temps. Un esprit lumineux et sagace qui se dévouait à vulgariser parmi les gens du monde les vérités scientifiques les plus ardues, Arago, est souvent revenu sur cette question, sans réussira vaincre l’opiniâtreté de ses contradicteurs. « On prétend, disait-il, que les phases de la lune ont une influence sur les changemens de temps; mais qu’est-ce qu’un changement de temps? Tel météorologiste, s’il admet l’influence des phases, se croira autorisé à ranger sous cette dénomination tout passage du calme au vent, d’un vent faible à un vent fort, d’un ciel serein à un ciel un peu nuageux, d’un ciel nuageux à un ciel entièrement couvert, etc. Tel autre exigera des variations plus tranchées. Où tracer, au milieu d’un vague pareil, les limites sur lesquelles on pourrait s’accorder? Passons sur cette première difficulté. Les savans qui ont compulsé les recueils d’observations météorologiques, avec la conviction d’y découvrir l’influence de la lune, attribuent à cet astre tous les changemens de temps qui se produisent deux ou trois jours avant et deux ou trois jours après la nouvelle lune. Qui ne sait que, dans une période de plusieurs jours, le temps change d’habitude au moins une fois? On fait donc honneur à la lune de changemens auxquels elle peut n’avoir aucune part. Puis l’opinion qui attribue à notre satellite quelque influence sur le temps peut être combattue au point de vue théorique, en dehors de toute vague interprétation. La lune ne peut agir sur l’atmosphère terrestre que par voie d’attraction, par la lumière qu’elle réfléchit, ou par de prétendues émanations obscures qu’elle émettrait. Ces émanations, nous ne pouvons y croire, car rien n’en démontre l’existence. La lumière de la lune est si faible, en comparaison de celle du soleil, que l’effet qu’elle produit, si elle produit quelque effet, doit être effacé par l’influence du soleil. Enfin, quant à l’attraction moins contestable de la lune sur l’atmosphère terrestre, nous possédons un instrument d’une précision admirable, le baromètre, qui nous permet de l’apprécier à chaque instant, et le baromètre nous prouve d’une manière irréfutable que cette attraction est trop faible pour exercer une influence appréciable. »

En dépit de cette réfutation, qui remonte à plus de trente ans, et qui a été souvent reproduite, l’influence de la lune sur l’atmosphère terrestre est maintenant encore le sujet de plus d’une prédiction. Tout récemment, elle a servi de base à une théorie complète de la pluie et du beau temps qui s’est produite avec bruit, et qui a préoccupé l’opinion publique plus longtemps que n’auraient pu le taire les découvertes les plus sérieuses. A quoi sert la lune? Telle est la question que s’est posée M. Mathieu (de la Drôme). A faire les marées avec l’aide du soleil? Ce ne serait pas assez pour un astre qui