Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1860 - tome 26.djvu/173

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Qui sont fausses !… On sait cela, père Aubin ; mais vous voyez bien que mon chapeau a un trou :… c’est là une preuve de la vérité de ce que je raconte.

— As-tu vu les camarades ? demanda le réfractaire ; leur as-tu parlé ?

— Pas si bête ! répondit le tisserand. Ils auraient cru que j’amenais les gendarmes sur leurs traces et que je voulais me venger des misères qu’ils m’avaient fait endurer. Après les coups de feu, ils se sont mis à courir en criant : « Au carrefour, les gars !… » Et moi j’ai détalé à toutes jambes : Les gendarmes m’ont eu l’air de prendre du côté du chef-lieu pour aller prévenir la troupe. Ils ne viendront pas par ici ce matin… Et votre fil, père Aubin ? Mon voisin Gambille la retrouvé avec le sabot du petit. Je vais m’occuper de faire vôtre toile, si je ne suis point emmené en prison. Cette idée-là me tracasse !…

— Vous êtes bien avec le maire, vous, reprit le fermier, et puis vous n’avez pas l’air bien à craindre !…

— Si on te fait de la peine, eh bien ! viens avec nous, fais-toi chouan ! dit Charlot.

— Ce n’est pas mon opinion, répondit le tisserand en hochant la tête, parce que je crois que les chouans ne seront pas les plus forts !…

— Tu ne sais pas tout, répliqua le réfractaire. Pendant l’hiver, nous allons tenir la troupe en alerte et nous organiser tout doucement. Au printemps, quand les haies seront fourrées et que les blés commenceront à monter, nous entrerons en campagne. Tout sera prêt en Bretagne, en Vendée, sur les deux bords de la Loire… allons, il faut que je parte ; les autres sont loin déjà, et le jour ne va pas tarder à paraître. Nous irons de compagnie jusqu’au village des Brandes, n’est-ce pas, Jagut ? J’ai besoin de dire adieu à mon mère… Qui sait quand je le reverrai ?…

Comme il parlait ainsi, l’aïeule, qui l’écoutait du fond de son lit, placé à l’angle le plus rapproché de la cheminée, entr’ouvrit les rideaux de serge verte, et se dressant sur le coude : — Ah ! jeunes gens, dit-elle d’une voix ferme, si vous aviez vu comme moi la grande révolution, vous y regarderiez à deux fois avant de commencer la guerre des haies,… sans trop savoir ni pour qui ni pour moi !… Vous serez bientôt ennuyés de battre le pays comme des vagabonds, toujours inquiets, sans repos ni trêve !…

— Dame ! répliqua Charlot, c’est bien dur aussi d’être soldat ;… on en a pour sept ans !… J’aime mieux faire comme les autres ; bailleurs ceux qui connaissent les affaires ont dit qu’il y aurait bientôt du changement, et on nous donnera notre congé avec des récompenses !…