Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1860 - tome 26.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


crotté comme un barbet, s’élança au milieu de la ferme : — Père Jacques, dit-il en se secouant, allumez un grand feu, s’il vous plaît, car j’ai bien besoin de me sécher. Quelle nuit, mon Dieu !… Eh bien, pourquoi me regardez-vous donc ainsi avec votre lanterne ?… C’est moi, n’ayez pas peur ! Charlot… Eh ! Grand-Noir, tu es là-haut, n’est-ce pas ?… Descends donc, je vais t’en conter de belles ! Tu n’as qu’à faire ton paquet et dire adieu à Françoise, mon garçon… Les gendarmes feront bientôt une visite à La Tremblaye, ils savent que tu es ici, c’est moi qui le leur ai dit…

À ces mots, Charlot Gambille descendit furieux du grenier, où il se tenait caché, et sauta d’un bond sur le tisserand bossu. — Holà ! mon garçon, reprit vivement celui-ci, tu ne m’étrangleras pas avant de m’avoir entendu, n’est-ce pas ?… Eh bien ! oui, je t’ai dénoncé, et je viens pour te sauver à cette heure ; écoute-moi.

Le bossu raconta tous les événemens de la nuit, comment, après avoir subi les mauvais traitemens des réfractaires, il avait été emmené, malgré ses réclamations, par les gendarmes qui le conduisaient droit à la prison. — C’était bien fait pour toi, s’écria Charlot ; tu tiens des propos sur nous au cabaret. Si nous avions une prison pour t’y mettre, nous autres, il y aurait longtemps que tu serais à l’ombre…

— Oui-dà, répliqua Jagut, merci du compliment. T’ai-je jamais fait du mal, à toi ou aux autres ? C’était dimanche, et j’ai un peu trop causé après avoir bu, voilà tout. La pluie et la peur m’ont dégrisé… Assieds-toi là, près de moi, et écoute-moi jusqu’au bout. Les gendarmes m’emmenaient donc, et bon train encore, la pluie sur le dos, à travers les fondrières. Ennuyé de suivre les chemins creux, je leur ai offert de les guider par le coin de la grand’lande qui touche le bois. Bah ! nous n’avions pas marché pendant dix minutes, que vingt coups de feu sont partis d’un bouquet d’arbres, sur la lisière du bois : nous avions donné au beau milieu de la bande des réfractaires. Les gendarmes, cédant au nombre, se sont mis à fuir, et ils m’ont laissé libre, non sans m’avoir lâché deux coups de carabine. Tu me le paieras, gredin de chouan ! me cria le brigadier… Ils croyaient que je les avais fait tomber dans un piège… Je n’y songeais guère… Au milieu de la bagarre, une balle a percé mon chapeau, et je l’ai échappé belle. Il n’en est pas moins vrai qu’après une pareille aventure, me voilà compromis autant que toi. Pour me justifier, il faudra peut-être aller faire un tour en prison !… Coquin de sort ! je voulais rester neutre, et voilà qu’il m’arrive deux affaires dans une seule nuit… C’est jouer de malheur !

— Sans vous offenser, maître Jagut, interrompit le fermier Jacques Aubin, vous avez toujours été un peu chasseur, et les chasseurs disent parfois des choses…