Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 22.djvu/879

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Aussi le nombre des membres d’une classe n’excède-t-il jamais vingt, les classes se subdivisant à mesure qu’elles arrivent à ce chiffre. Lorsque plusieurs classes existent dans une même localité ou dans un rayon rapproché, elles essaient de former une société et de devenir propriétaires d’un temple où elles puissent solenniser régulièrement le dimanche. La conduite des offices et la prédication sont confiées, presque toujours à titre gratuit, à un prédicateur sédentaire, choisi par les chefs de classe parmi les fidèles les plus aptes à ces fonctions et régulièrement institué. À défaut de prédicateur, celui des fidèles qui se sent quelque vocation et quelque facilité à parler en remplit l’office sous le nom d’exhortateur [exhorter). Seulement le ministère sacré, et c’est ici le trait caractéristique du méthodisme américain, appartient plus particulièrement au missionnaire ou prédicateur itinérant (travelling preacher), qui est chargé d’annoncer la parole divine dans une certaine circonscription appelée circuit, et dont le prédicateur local n’est que le suppléant. C’est lui qui institue les chefs de classe et qui donne aux exportateurs licence de prêcher ; c’est lui qui dirige les cérémonies du culte partout où il se trouve, et qui confère aux fidèles dont la conversion est attestée par une vie chrétienne le titre de membres de l’église. Le prédicateur itinérant se consacre entièrement au ministère, et son entretien est à la charge des fidèles du circuit. Il peut cependant n’être encore qu’un laïque ; il lui faut deux années de prédication, certaines lectures et certaines études, pour être apte à recevoir l’ordre du diaconat. Deux nouvelles années de prédication et d’études permettent de lui conférer l’ordre supérieur et de faire de lui un ancien (elder). Le diacre, dont le diplôme doit être signé par un évêque, a pouvoir non-seulement de prêcher, mais de baptiser les enfans, de consacrer les mariages, et d’assister, dans l’administration de la cène, les anciens, qui seuls ont pouvoir de donner la communion.

Plusieurs circuits forment un district, à la tête duquel est un président (presiding elder). Le devoir des présidens est de visiter chaque circuit au moins une fois en trois mois, pour y prêcher et y administrer les sacremens. Par la même occasion, ils réunissent les prédicateurs itinérans et sédentaires, pour conférer avec eux des besoins spirituels du circuit, délivrer des licences aux prédicateurs nouveaux qui leur sont présentés par les sociétés, et entendre les plaintes contre ceux qui sont en exercice. Plusieurs districts forment une conférence, dont la surveillance appartient à un évêque. Celui-ci doit parcourir continuellement sa circonscription, et il préside tous les ans une réunion composée de tous les présidens et anciens de son ressort et de deux prédicateurs par district. Cette conférence exerce un pouvoir disciplinaire sur tous les membres de la circonscription ;