Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 22.djvu/357

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


THOMAS JEFFERSON
SA VIE ET SA CORRESPONDANCE

III.
LE PARTI DÉMOCRATIQUE AUX AFFAIRES.

I. The Writings of Thomas Jefferson, 9 vol., New-York 1853-1854. — II. The History of the United States of America from the adoption of the federal Constitution to the end of the sixteenth Congress, by Richard Hildreth, 3 vol. — III. The History of the United States from their colonization to the end of the twenty-sixth Congress, in 1841, by George Tucker, 4 vol., Philadelphia 1856-1857.



I.

« Je me porte bien, disait Washington dans ses vieux jours, parce que je dors bien, et je dors bien parce que je n’ai jamais écrit une ligne sans me figurer que je la voyais imprimée. » Jefferson ne poussait pas la circonspection aussi loin; il craignait beaucoup le public, mais il se promettait trop facilement de se soustraire à son regard. Tant qu’il se sentait sous la surveillance de l’opinion, il écrivait et il causait avec infiniment de raison, d’habileté, de convenance et de mesure; mais lorsqu’il se croyait bien caché, lorsqu’il avait instamment recommandé le secret à ses correspondans, il se livrait à son imagination et à sa passion avec une singulière indiscrétion de langage; il jetait hardiment sur le papier tout ce qui lui venait à la pensée, sans grand respect pour l’esprit de ses lecteurs et sans grand souci de la portée de ses paroles : ses amis se les racontaient à l’oreille, ses adversaires finissaient par entier dans la confidence, et Jefferson s’indignait alors de voir les fédéralistes