Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 22.djvu/289

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


embouchure est de 6 degrés à l’est plus avancée que sa source au lac d’Itasca, et sans la ligne de falaises qui bordent la rive gauche, il est certain que le Mississipi se jetterait encore bien plus directement vers le sud-est. Dès qu’en aval de Bâton-Rouge il entre dans la plaine marécageuse de son delta, il coule presque en droite ligne dans ce sens, et forme également dans la même direction cette remarquable péninsule de vase, cette gaîne, si je puis dire ainsi, par laquelle il entre dans la mer. C’est la direction de cette gaîne qui me semble être la direction vraie du Mississipi, celle qu’il prendrait dans toute l’étendue de son cours, s’il n’était contenu par les terres élevées qui bordent sa rive gauche. Or cette direction est exactement la même que celle des Montagnes-Rocheuses.

Nous avons vu que la diminution graduelle de l’eau de pluie qui tombe dans le bassin d’Utah et dans la plaine du Mississipi ne peut s’expliquer autrement que par le soulèvement de la chaîne des Rocheuses, et si nous rapprochons ce fait d’autres faits géologiques observés dans l’Amérique du Sud, nous pouvons admettre que toute l’épine dorsale de ce continent, depuis le mont Saint-Elie jusqu’au cap Horn, subit un mouvement constant d’ascension. D’un autre côté, M. Lyell lui-même a démontré que les Carolines et la Géorgie, sur les bords de l’Atlantique, font partie d’une aire d’affaissement. Ainsi l’on peut considérer cette partie de l’Amérique du Nord comme une surface plane opérant un mouvement de bascule autour d’une arête d’appui située dans la vallée mississipienne. Les Rocheuses et les plaines du désert, qui forment la partie occidentale de cette surface, s’élèvent, tandis que les rivages de l’Atlantique, situés à l’est de l’arête d’appui, s’affaissent graduellement. De même qu’une goutte d’eau versée sur une table coule nécessairement dans le sens vers lequel on incline cette table, de même aussi le grand fleuve américain est forcément rejeté vers la partie du continent qui s’affaisse. Le continent tout entier penche vers l’est: par conséquent, le Mississipi penche dans le même sens, et la direction qu’il prend dans son delta indique la direction de l’arête sur laquelle oscille l’Amérique du Nord. Or cette direction est tout à fait parallèle à la crête des Montagnes-Rocheuses. Les levées d’argile qui bordent le Mississipi à son embouchure, les puissantes assises de la Sierra-Madre et de la Sierra-Nevada se sont alignées parallèlement sous l’influence d’une seule et même cause. De même encore tous les fleuves qui se déversent dans le golfe du Mexique, le Rio-Grande, le Rio-Pecos, le Nueces, le Colorado du Texas, le Brazos, le Trinity et le Neches, se dirigent uniformément vers le sud-est, indiquant ainsi par leur cours la normale d’oscillation, l’arête de soulèvement de l’Amérique du Nord.