Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 22.djvu/243

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mination de l’Autriche en Lombardie ; troisièmement la sécurité de l’Allemagne ; — il dépend uniquement de l’Allemagne de maintenir ou de compromettre sa sécurité, car il n’y a pas d’apparence que la France aille de gaieté de cœur se mettre une seconde guerre sur les bras tandis qu’elle se bat avec l’Autriche. Nous ne nous attendons en conséquence à aucune agression de la part de la Prusse. Cherchera-t-elle à concilier son rôle de grande puissance avec les prétentions de ses confédérés en présentant à la France et à l’Autriche un projet de médiation ? Mais outre que cette médiation court le danger d’arriver bien tard, la Prusse la soumettra d’abord aux autres grands neutres, la Russie et l’Angleterre, et il est fort peu vraisemblable que ces deux puissances encouragent la Prusse dans sa tentative, si sa médiation n’est point de nature à convenir à la France. Y a-t-il lieu de redouter les coups de tête des états se condaires plus que les desseins de la Prusse ? Nous ne le pensons pas. On sait que toutes les fois qu’une grande question s’élève en Europe, les états secondeires de la confédération en profitent pour s’agiter et prendre des airs importans ; mais l’on sait aussi que toute cette agitation s’évapore en paroles. Nous ne rappellerons qu’un précédent, c’est celui même qu’invoque le ministre de Saxe, M. de Beust, dans sa réplique aigre à la circulaire du prince Gortchakof, le précédent de la dernière guerre d’Orient. Qui a oublié tout le mal que se donnèrent alors M. de Beust et M. von der Pfordten pour contrarier l’adhésion morale donnée par l’Autriche et la Prusse à la politique des puissances occidentales ? M. de Beust réunit les représentans des états scondaires à Bamberg ; il prit en main avec une chaleur singulière les intérêts de la Russie. Et à quoi tout cela vient-il aboutir ? Le petit schisme de Bamberg fut obligé de faire le sacrifice de ses sympathies russes et d’apposer la sanction de la confédération à un traité conclu entre la Prusse et l’Autriche, et dont les stipulations étaient dirigées contre la Russie. Ce qui est surtout piquant, c’est que pour réfuter une circulaire russe le ministre qui était, il y a cinq ans, le fougueux arni de la Russie cite lui-même ce précédent, dont le souvenir peut n’être point agréable au cabinet de Pétersbourg, mais ne fait pas non plus grand honneur à l’influence des états secondaires sur les déterminations de la confédération germanique. eugène forcade.




REVUE LITTÉRAIRE.

LES ROMANS NOUVEAUX.


Il y a un heureux symptôme à noter pour qui cherche à discerner l’action du roman sur le public de nos jours. Si frivole, si désireux du scandale qu’on suppose le lecteur français, on surprend malaisément deux fois de suite son adhésion par des moyens que condamne l’art plus encore que la morale. La meilleure preuve en est dans l’accueil fait aujourd’hui à la se-