Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1858 - tome 15.djvu/879

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La guerre de l’Oude




I.
L’insurrection de Lucknow.
I. Sleeman’s Journey. — II. General Jacob’s Views and Opinions. — III. Mead’s Sepoy Revolt. — IV. Ruutz Rees’s Personal Narrative. — V. Anderson’s Personal Journal. — VI. The Defence of Lucknow, by a staff-officer. — VII. Innes’s Rough Narrative, etc.




I.

L’envahissement graduel de la péninsule indienne par les Anglais est, aux yeux de bien des gens, l’œuvre d’une ambition insatiable. Même en Angleterre, on la juge souvent ainsi, et c’est cependant en Angleterre qu’on peut le mieux étudier la formation de ce pouvoir colossal. Quiconque, sans parti pris d’avance, voudra poursuivre cette étude avec quelque application se convaincra aisément que, sans être absolument fausse, cette appréciation doit être essentiellement modifiée, si l’on veut se rendre un compte exact d’un des plus grands faits historiques que les temps modernes aient vus se produire. Entend-on par « conquête » une simple extension d’influence et d’autorité, de prépondérance politique ? Il est certain que les Anglais ont dû, de toute nécessité, poursuivre ce but. Leur sécurité propre, celle des alliés qu’ils rattachaient à eux pour se mieux garantir, ne leur laissaient pas d’autre alternative. Si au contraire on donne au mot « conquête » son sens le plus ordinaire, et si l’on veut dire que l’annexion successive des territoires soumis à des