Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1851 - tome 10.djvu/579

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le saint resplendissait tout doré dans sa niche.
Lors, sur la belle source inclinant son beau front,
Et pensive, la veuve en regarda le fond :
Là scintillaient aussi, comme un jeu de féerie,
Des fragmens bigarrés de rouge poterie.
Elle-même naguère en fit don à ses morts.
Car les Esprits, sitôt qu’ils ont quitté leurs corps,
S’en viennent près des eaux, ces mornes purgatoires.
Errer et se laver des fautes les plus noires.
Ils sont tristes. — Plaignons, nous disent les anciens,
Plaignons les trépassés ! Que chacun songe aux siens ! —
Lorsque son vieil époux mourut, la jeune femme
Sema donc ces fragmens pour réjouir son ame.

Toutefois par degrés quittant ce souvenir,
Vivante, elle tourna son cœur vers l’avenir.

Une épingle attachait le bord de son corsage
(Autre croyance antique, infaillible présage).
— « Si l’épingle descend au fond sans dévier,
Disait-elle, et tremblant déjà de l’essayer,
Si le fond la reçoit et sans qu’elle dérive
Il m’est resté fidèle et fidèle il arrive. »
Puis elle reprenait, tremblant encor plus fort
(Imprudens ! qui venons, pâles, tenter le sort) :
— « Mais, si l’eau de la source en jaillissant l’entraîne,
Comme ce dard léger, c’est que son ame vaine
Et des courans mauvais sera tombée… hélas !
Entraîné par une autre, il ne reviendra pas. »

L’épingle cependant des doigts fins de la veuve
Glissait, et, pour bien voir la redoutable épreuve,
De l’onde frissonnante elle approchait les yeux,
Lorsqu’un bruit, comme fait le pas d’un curieux,
Un léger frôlement, penchée ainsi l’arrête,
N’osant plus regarder ; ni relever la tête :
— « Oh : si le clerc rusé, si le hardi seigneur
L’ont surprise livrant le mot de son honneur ;
S’ils ont à la fontaine entendu ses paroles,
Demain jouet de tous ! ô folle entre les folles ! »
Pourtant par un effort subit… Ah ! sur le ciel,
Entre les arbrisseaux, qu’a-t-elle vu ? — Primel !
Oui, Primel, arrivé de son lointain voyage,
Rapportant les habits gagnés par son courage !