Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1848 - tome 22.djvu/362

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES DOUANES


ET LES


FINANCES PUBLIQUES




AUGMENTATION POSSIBLE DES RECETTES DE LA DOUANE. -
REVISION DES TARIFS.




PREMIERE PARTIE.

Parmi les mesures économiques que la situation de notre pays réclame, il n’en est pas de plus urgente que la réforme de nos tarifs douaniers. Aussi, malgré les graves préoccupations du moment, ne craindrons-nous pas d’appeler sur cet important sujet l’attention publique. Améliorer la condition des classes ouvrières en leur procurant avant toutes choses ce qui est le principe de tout bien-être, la vie à bon marché ; favoriser le travail industriel en lui faisant obtenir à un prix moins élevé les matières premières qu’il met en œuvre et les instrumens qu’il emploie ; augmenter enfin du même coup le revenu de la douane, en ouvrant un accès plus facile à ceux des produits étrangers qui ont été repoussés jusqu’ici par des prohibitions absolues ou par des droits prohibitifs : tels sont les résultats que la révision des tarifs nous offre en perspective. Il ne serait permis de les dédaigner en aucun temps : les négliger aujourd’hui serait un impardonnable tort.