Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1848 - tome 22.djvu/335

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MANILLE


ET


LES PHILIPPINES.




LA DOMINATION ET LA SOCIETE ESPAGNOLES DANS L'ARCHIPEL.




De las Islas Filipinas,
por don Luis Prudencio Alvarez y Tejero. — Valencia, 1846.


En 1787, Lapeyrouse, qui visitait les Philippines, portait sur cet archipel un jugement qui aujourd’hui même reste strictement vrai. Selon lui, une très grande nation qui n’aurait eu pour colonies que l’archipel des Philippines pouvait, en y établissant la forme de gouvernement la mieux appropriée aux besoins du pays, voir sans envie toutes les colonies de l’Asie et de l’Amérique. L’époque où Lapeyrouse proclamait si hautement l’importance de ces îles est déjà éloignée de nous, et les progrès des nations européennes dans l’Asie orientale, les influences diverses qui grandissent et se combattent dans ces contrées, jusque-là immobiles et stationnaires, tendent à faire des Philippines un des points les plus remarquables du monde.

Depuis plus de trois siècles, les Philippines reconnaissent la domination espagnole.