Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1847 - tome 17.djvu/715

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA


SANTA-BARBARA.




SCENES DE LA VIE ORIENTALE. [1]




I. – Un compagnon.
« Istambolda ! Ah ! Yélir firman !…
« Yélir, Yélir, Istambolda ! »

C’était une voix grave et douce, — une voix de jeune homme blond ou de jeune fille brune, — d’un timbre frais et pénétrant, résonnant comme un chant de cigale altérée à travers la brume poudreuse d’une matinée d’Égypte. J’avais entr’ouvert, pour l’entendre mieux, une des fenêtres de la cange, dont le grillage doré se découpait, hélas ! sur une côte aride ; nous étions loin déjà des plaines cultivées et des riches palmeraies qui entourent Damiette. Partis de cette ville à l’entrée de la nuit, nous avions atteint en peu de temps le rivage d’Esbeh, qui est l’échelle maritime et l’emplacement primitif de la ville des croisades. Je m’éveillais à peine, étonné de ne plus être bercé par les vagues, et ce chant continuait à résonner par intervalle comme venant d’une personne assise sur la grève, mais cachée par l’élévation des berges. Et la voix reprenait encore avec une douceur mélancolique :

  1. Voyez les autres parties de cette série dans les livraisons du 1er mai, 1er juillet, 15 septembre, 15 décembre 1846.