Page:Revue des Deux Mondes - 1847 - tome 17.djvu/254

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Les deux armées se trouvaient en présence pour la première fois. Une activité générale parcourut aussitôt leurs rangs. Les vaisseaux français et espagnols s’empressaient de rectifier la ligne de bataille

    dont nous ayons trouvé la trace dans les archives de la marine ne sera point assurément dénué d’intérêt.
    21 octobre 1805.
    « Six heures et demie du matin. — La frégate l’Hermione signale une escadre ennemie.
    « Sept heures du matin.- L’amiral Villeneuve fait signal à l’armée de former la ligne de bataille dans l’ordre naturel, tribord amures ; signale en même temps branle-bas de combat.
    « Sept heures du matin. — La frégate l’Hermione signale 26 vaisseaux de ligne.
    « Sept heures vingt minutes. — L’amiral Villeneuve fixe la distance entre chaque vaisseau à une encâblure.
    «  Huit heures. — L’amiral Villeneuve fait signal à l’armée de virer lof pour lof tout à la fois.
    « Huit heures et demie. -L’amiral Villeneuve donne l’ordre aux vaisseaux de tête de forcer de voiles.
    « Neuf heures et demie. — L’amiral Villeneuve donne l’ordre au San-Augustino de serrer le vent, au Scipion de forcer de voiles.
    « Dix heures. — L’amiral Villeneuve donne l’ordre au vaisseau de tête de serrer le vent et aux autres de le suivre par un mouvement successif.
    « Dix heures et demie. -La frégate la Thémis signale à l’amiral Gravina : La ligne de l’armée combinée s’allonge trop.
    « Dix heures quarante minutes. — La frégate la Thémis signale à l’amiral Gravina : L’arrière-garde s’allonge trop.
    « Dix heures quarante-cinq minutes. — L’amiral Gravina donne l’ordre à chaque vaisseau de l’arrière-garde de se tenir à une encâblure de son matelot d’avant.
    « Onze heures. — L’amiral Villeneuve répète l’ordre au vaisseau de tête de serrer le vent et aux autres de le suivre par un mouvement successif.
    « Onze heures et demie. — L’amiral Gravina signale à l’arrière-garde de serrer le vent.
    « L’amiral Villeneuve signale au Rayo de serrer la ligne, à l’armée de commencer le feu dès qu’on sera à portée.
    « Midi et demi. — L’amiral Villeneuve signale aux vaisseaux qui ne combattent pas par suite de leur position actuelle d’en prendre une qui les reporte le plus promptement possible au feu. « Une heure cinq minutes. — La frégate le Rhin signale que l’ennemi détache des vaisseaux avec le projet de doubler l’arrière-garde.
    « Une heure trente minutes. — Le contre-amiral Dumanoir signale aux vaisseaux de l’avant-garde de virer de bord et de se porter au feu.
    « La frégate l’Hortense prévient l’amiral Villeneuve que dix vaisseaux de l’avant-garde ne combattent pas.
    « Une heure quarante-cinq minutes. — L’amiral Villeneuve fait signal à l’avant-garde de virer lof pour lof.
    « La frégate l’Hermione fait signal aux vaisseaux qui n’ont pas d’ennemis par leur travers de prendre une position qui les rapproche du feu. -L’Hermione met le numéro de l’Argonaute.
    « Quatre heures trente minutes. — L’amiral Gravina fait à l’armée le signal de ralliement.
    « Le vaisseau le Neptune répète le signal de l’amiral Gravina.
    « Le vaisseau le Neptune fait signal aux vaisseaux qui ne sont pas totalement désemparés d’imiter sa manœuvre. » (Archives du dépôt des cartes et plans de la marine.)