Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 6.djvu/87

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chercher à éclaircir une vérité trop affligeante et qu’il serait peut-être fâcheux de découvrir. — 26 octobre. Quand on sera instruit autant que je le suis, d’après les documens certains que le feu pape m’a communiqués, on trouvera la suppression bien juste et bien nécessaire. Les circonstances qui ont précédé, accompagné et suivi la mort du dernier pape, excitent également l’horreur et la compassion….. Je rassemble actuellement les vraies circonstances de la maladie et de la mort de Clément XIV [1], qui, vicaire de Jésus-Christ, a prié comme le rédempteur pour ses plus implacables ennemis, et qui a poussé la délicatesse de conscience au point de ne laisser échapper qu’à peine les cruels soupçons dont il était dévoré depuis la fin de la semaine sainte, époque de sa maladie. On ne peut pas dissimuler au roi des vérités, quelque tristes qu’elles soient, qui seront consacrées dans l’histoire. »

Quelle était donc la force de la conviction du cardinal, puisqu’elle lui arrachait ces paroles amères contre des hommes dont jusqu’alors il avait plaint le malheur ? Veut-on un témoignage bien autrement imposant ? on ne récusera pas celui d’un souverain pontife, de Pie VI, successeur de Clément XIV ; c’est encore Bernis qui nous le transmettra. Écoutons-le parlant froidement et sans passion, plus de trois ans après la mort de Ganganelli. Il écrit le 28 octobre 1777 : « Je sais mieux que personne jusqu’où s’étend l’affection de Pie VI en faveur des ex-jésuites, mais il les ménage encore plus qu’il ne les aime, parce que la crainte a plus d’empire sur son esprit et sur son cœur que l’amitié... Le pape a de certains momens de franchise dans lesquels ses vrais sentimens se développent : je n’oublierai jamais trois ou quatre effusions de cœur qu’il a laissé échapper avec moi, par lesquelles j’ai pu juger qu’il était fort instruit de la fin malheureuse de son prédécesseur, et qu’il voudrait bien ne pas courir les mêmes risques. »

Fin malheureuse en effet et trop peu méritée. La faiblesse doit-elle être punie comme un crime ? Si Ganganelli ne fût pas venu trop tôt après Benoît XIV, il aurait fait une grande fortune dans son siècle. Grimm l’a dit avec raison. Arrivé au trône vers 1740 ou 1750, Clément XIV aurait vécu parfaitement heureux. Il eût vieilli entouré de la considération publique ; il eût porté paisiblement cette triple couronne qu’il avait tant convoitée, et qui, en 1772, brûla ses cheveux blancs. Après s’être donné le tort de faire une promesse, il n’avait que deux partis à prendre, et un seul était tout-à-fait honorable. Dès le

  1. Nous avons vainement cherché cette relation ; elle a disparu.