Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 6.djvu/714

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


NOTE


SUR


L’ÉTAT DES FORCES NAVALES


DE LA FRANCE.





On s’entretient, depuis quelques jours, dans le monde politique, d’une Note de haute importance, surtout dans la situation actuelle, tant par la source élevée d’où émane cet écrit que par la fermeté et le talent avec lesquels s’y trouve traitée une des grandes questions de notre politique extérieure. Nous avons été assez heureux pour avoir communication de cette Note, et nous voulions d’abord nous borner au rôle d’appréciateurs, en donnant seulement quelques extraits ; mais, après avoir lu, nous avons été surtout frappés d’une chose : c’est l’intérêt qu’avait le pays à connaître la situation de sa marine et les moyens de la mettre sur un pied plus respectable. Or, rien mieux que cet écrit, si net, si lumineux, ne pouvait, selon nous, indiquer le but que tout homme politique doit se proposer en cette matière. Nous avons donc cru devoir faire violence à nos scrupules, en renonçant à notre premier projet, pour citer l’écrit tout entier. Peut-être commettons-nous une sorte d’indiscrétion ; mais le noble auteur de la Note voudra bien nous pardonner en faveur des motifs patriotiques qui nous animent. Il est bon d’ailleurs que la France sache, et c’en est là un nouvel exemple, que dans les régions les plus hautes il est de jeunes cœurs qui battent pour elle. N’est-ce pas aussi un devoir de porter à son appréciation les travaux qui attestent sur quels dévouemens intelligens et courageux elle pourrait compter un jour pour sa défense et pour sa gloire. ?


Le but de la présente note est d’appeler sur notre marine l’attention des esprits sérieux et réfléchis.