Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 6.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV.

Ganganelli était enfin arrivé au but éclatant de ses vœux secrets (1769). Son avènement fut le signal de l’enthousiasme le plus vif et le moins contesté. La France et l’Espagne s’attribuaient l’honneur de l’avoir élu. Satisfait de sa popularité, fort de l’appui des puissances, Ganganelli put alors se croire appelé à fermer les plaies de l’église. Aussi, de l’aveu de tous les spectateurs, le jour de son couronnement, il était radieux ; il se livra avec abandon à sa gaieté naturelle. Au moment d’entrer dans la basilique vaticane, il aperçut une pierre sur laquelle, simple moine encore, il avait voulu voir défiler le cortège du pape Rezzonico. « Voilà, dit-il en la montrant, voilà la pierre d’où on m’a chassé il y a dix ans. » Un des biographes de Clément XIV, Caraccioli, prétend qu’il s’endormit si profondément la nuit de son exaltation, qu’on eut beaucoup de peine à le réveiller. C’est vanter son humilité aux dépens de sa raison. Dans une telle situation, ce sommeil eût été stupide. En effet, quel emploi d’une nuit solennelle ! Cette nuit ne dut-elle pas être troublée par des réflexions amères ? Arrivé à ce trône si désiré, quel parti prendre ? Comment tenir une parole imprudente, mais obligatoire ? Comment supprimer les jésuites, comment les conserver ? Faut-il braver la colère des plus grands princes de l’Europe, les pousser au schisme, peut-être à l’hérésie ? Faut-il exposer le saint-siège à perdre non-seulement la propriété de Bénévent et du Comtat, mais encore l’obédience filiale du Portugal très fidèle, de la France très chrétienne, de l’Espagne très catholique ? D’un autre côté, comment rayer de la liste des choses vivantes un ordre approuvé par tant de papes, réputé le boulevard de l’église, le bouclier de la foi ? Telles étaient les réflexions qui devaient empêcher Clément XIV de dormir, sous peine de folie ; elles l’assaillirent sans doute à l’issue même de son adoration, car, bien loin de déployer cette obstination, cette fermeté inébranlable dont ses ennemis et ses panégyristes lui font également honneur, il résolut de temporiser, d’amuser les princes par des promesses, de contenir les jésuites par des hésitations concertées, en un mot d’éluder le péril au lieu de le