Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 6.djvu/421

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dernier recensement de 1841 accuse un peu plus de 900,000 âmes : c’est une augmentation de moitié. La recette, nous le reconnaissons, a suivi également une progression ascendante ; toutefois il ne faut pas considérer seulement l’augmentation arithmétique, si l’on peut ainsi dire, de cette recette : c’est la manière dont elle a été distribuée, qui est décisive. Interrogeons à ce sujet les documens qui ont un caractère officiel.


ÉTAT COMPARATIF DE LA MOYENNE ANNUELLE
DES RECETTES DES DIVERS THÉÂTRES, DE 1807 A 1816 ET DE 1833 A 1842.


¬¬¬

THÉÂTRES. RECETTES.
1807 à 1816 1833 à 1842 En plus dans la seconde période En moins dans la seconde période
Opéra 599,307 72 1,072,372 84 473,065 12 «
Italiens [1] 290,001 80 606,454 97 316,453 17 «
Vaudeville 392,475 60 451,245 30 58,769 70 «
Cirque-Olympique 219,903 53 402,586 58 182,683 05 «
Porte-Saint-Martin [2]. 376,860 77 453,091 32 76,230 53 «
Théâtre-Français 808,046 91 592,543 16 « 215,503 75
Opéra-Comique 738,228 81 602,392 45 « 135,836 36
Variétés 579,317 75 441,959 21 « 137,358 54
Gaieté 405,551 41 362,815 97 « 42,735 44
Ambigu-Comique 404,050 58 350,568 77 « 53,481 81
Cirque des Champs-Elysées [3] » « 285,024 89 285,024 89 «
Gymnase « 485,562 44 485,562 44 «
Palais-Royal » « 524,807 03 524,807 03 «
Folies dramatiques... » « 221,417 79 221,417 79 «
Délassemens comiques, Panthéon, Saint-Antoine et Saint-Marcel. [4] » « 252,122 31 252,122 31 «
Totaux [5] 4,813,744 88 7,104,965 03 2,876,136 05 584,915 90
  1. Période de 1815 à 1824, l’Opéra-Italien ayant été confondu avec l’Odéon jusqu’en 1815. Ce dernier théâtre, dont l’existence a été très irrégulière, ne figure pas non plus dans ce tableau.
  2. Dix premières années d’exploitation à partir de 1818, le théâtre ayant été fermé plusieurs fois avant cette époque.
  3. Moyenne de 1835 à 1842. Les recettes se sont considérablement élevées depuis cette époque.
  4. Recette réunie de 1842.
  5. Ces résultats ne sont pas rigoureusement exacts, plusieurs théâtres ayant subi des clôtures momentanées pendant les périodes indiquées ; mais ils offrent une approximation suffisante. — Il est à remarquer encore que depuis plusieurs années la progression s’est soutenue au-delà de 8 millions : en 1841, la recette des dix-neuf théâtres donna 8,629,177 francs. Les comptes récemment publiés de l’année dernière donnent seulement 8,170,000 francs.