Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 6.djvu/169

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


POÉSIE.




A MON FRÈRE, REVENANT D’ITALIE.




Ainsi, mon cher, tu t’en reviens
Du pays dont je me souviens
Comme d’un rêve,
De ces beaux lieux où l’oranger
Naquit pour nous dédommager
Du péché d’Eve.

Tu l’as vu, ce ciel enchanté
Qui montre avec tant de clarté
Le grand mystère ;
Si pur, qu’un soupir monte à Dieu
Plus librement qu’en aucun lieu
Qui soit sur terre.