Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 6.djvu/1037

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ETUDES


SUR L’ANGLETERRE




V.
LEEDS. [1]





II.
DU TRAVAIL DES ENFANS.

Dans une contrée où le travail industriel a une telle importance, les maladies qui en naissent doivent s’attaquer à l’existence même du corps social. L’Angleterre, en dépit de sa prévoyance habituelle, n’a ouvert les yeux que bien tard sur ce danger. Vers la fin du dernier siècle, les manufacturiers se plaignant de l’augmentation des taxes, M. Pitt leur signalait le travail des enfans comme la grande ressource qui leur permettrait de supporter ce fardeau. Les manufacturiers prirent le ministre au mot, et alors fut inaugurée cette effroyable conscription, qui ne se bornait pas, comme celle de Napoléon, à moissonner les adultes, mais qui, enrôlant les enfans dès l’âge le plus

  1. Voyez la première partie dans la livraison du 1er mai.