Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 32.djvu/841

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tant de portraits d’hommes célèbres réunis dans ce panthéon. Le temple dut donc recevoir par le toit, d’après le système des anciens hypoethres, toute la clarté nécessaire, mais non pas de la même manière que cela avait lieu dans les temples antiques, par une ouverture unique pratiquée vers le milieu du toit et laissée libre à l’air ; ce que ne comporte pas le climat de nos pays septentrionaux. La toiture de la Walhallla, construite dans le système de la charpente, à l’imitation du comble qu’elle projette au dehors par ses deux frontons, dut avoir, pour appuis des poutres principales qui la composent, des masses de construction formant saillie sur les deux côtés longs du temple, de manière à interrompre la monotonie de ces immenses faces lisses. Ces espèces d’avant-corps, détachés du mur de la cella et formés de deux colonnes supportant un architrave avec son entablement, et, en second ordre, deux statues de caryatides sur lesquelles repose le plafond, produisent ainsi un motif de décoration de l’effet le plus heureux. Un espace réservé dans le fond de la cella, et répondant à l’opisthodome des temples grecs, forme, dans le bas, une enceinte décorée de six colonnes ioniques, et, dans le haut, un grand balcon ouvert sur le temple et soutenu par les mêmes statues de caryatides. De ce balcon, qui est destiné à recevoir des chœurs de musique dans les fêtes de consécration célébrées à la Walhalla, part un passage étroit qui circule dans toute l’étendue des deux côtés longs du temple, et qui est laissé de même ouvert du côté de l’intérieur, de manière à ce qu’un certain nombre d’assistans puisse s’y placer pour jouir du spectacle de la cérémonie. Ces dispositions répandent dans l’intérieur de la Walhalla le mouvement et la variété, sans nuire à l’effet de la grandeur et sans troubler le sentiment de l’unité, et la richesse de la décoration ajoute encore à l’impression de cette imposante architecture. Les murs, sur le fond desquels se détachent les têtes de marbre blanc, sont entièrement revêtus de marbres colorés, assortis avec un goût exquis ; les colonnes sont taillées pareillement dans un marbre précieux ; le plafond a toutes ses parties peintes et dorées dans le style antique, avec des étoiles d’or sur le fond bleu des caissons. Les statues de caryatides sont décorées dans le même goût, au moyen de l’or et de la couleur distribués sur les diverses parties de leur vêtement ; le pavé du temple est construit en mosaïque de marbre à compartimens variés. Ainsi, à l’exception des bustes de grands hommes et de la frise continue qui règne dans le haut du mur de la cella, tout resplendit de l’éclat de l’or et des couleurs à l’intérieur