Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 32.djvu/661

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


car le commerce, on le sait, se compose d’échanges, et l’argent y figure comme signe, non comme valeur. Mais pour ceux qui aiment à toucher les choses du doigt, nous voulons montrer le progrès possible dans le progrès déjà réalisé.

C’est un fait déjà constaté dans ce travail que l’importation des marchandises françaises en Belgique est-en voie constante d’accroissement. En huit années, l’augmentation a été de 38 pour 100. Admettons, sans aller plus loin, que l’union commerciale double cette progression ; avant huit ans, nos exportations en Belgique monteraient de 43 millions à 70. L’union accomplie, non-seulement la consommation des produits français de l’autre côté de la frontière étendra son propre terrain, mais elle empiétera aussi sur le terrain des provenances étrangères, étant protégée par les tarifs comme celle des produits nationaux. Ici la marge est belle. L’importation des produits français ne figurant dans l’importation générale de la Belgique que pour 43 millions sur 209, il nous reste à disputer une part dans les approvisionnemens qui excèdent cette somme, et qui représentent une valeur de 165 millions.

En Allemagne, l’effet de l’association prussienne a été de stimuler au même degré l’exportation étrangère et la production indigène [1], et rien ne prouve mieux la grandeur de cette conception. Nous croyons fermement que les conséquences de l’association franco-belge ne seront pas moins fécondes ; niais, en supposant qu’il fallût conquérir, sur les autres nations qui concourent à approvisionner la Belgique, ce que nous devons gagner à l’union commerciale, le résultat serait encore assez beau.

La chambre de commerce de Bordeaux, dans le mémoire auquel nous avons déjà fait allusion, pense que les manufacturiers et commerçans français remplaceraient l’Angleterre pour les tissus fins de coton consommés en Belgique ; la Bohême, pour la cristallerie et la verrerie fine ; l’Angleterre, pour les porcelaines et poteries fines ; les États-Unis, pour les huiles de pois-

  1. L’accroissement des importations est démontré par celui du revenu qu’ont produit les douanes de l’association, revenu qui a presque doublé depuis 1834. Voici, d’après le Journal de Francfort, le tableau de cette progression :¬¬¬
    REVENU BRUT REVENU NET
    1834 25,402,515 florins 21,312,831 florins
    1835 29,015,240 24,901,023
    1836 31,710,022 27,798,219
    1837 30,970,268 27,054,832
    1838 35,208,754 31,238,722
    1839 35,996,601 «
    1840 37,265,156 33,284,541
    1841 45,853,787 34,887,500