Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 32.djvu/40

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sur l’honneur que je ne vous connais pas le moins du monde, que je ne vous ai jamais vu, et que je ne sais absolument pas qui vous êtes.

— Ah çà ! tu plaisantes, Paul ?

— Nullement.

— Ce serait drôle, si c’était moi qui me trompais. N’êtes-vous pas Paul Seeburg ?

— Oui, monsieur.

— Comment ! tu es Paul Seeburg, et tu ne te rappelles plus Ernest, Ernest Morsy ?

— Quoi ! Ernest ? Eh ! mon Dieu ! c’est que tu es si grandi, si changé ?

— C’est sans doute ma barbe qui me change.

— C’est possible. Mais comment, c’est toi ! Comment vont ton père et ta mère ?

— Très bien. J’étais étonné de ta froideur ; tu ne me demandais des nouvelles de personne, et tu ne me parles pas de ma sœur Lilie. Elle parlait de toi encore hier. J’avais raconté que je t’avais rencontré, et elle disait : Pourquoi ne vient-il donc pas nous voir ? — Je ne sais, ai-je dit, mais je l’ai trouvé froid et peu amical. — Cela s’explique à présent. Quand viens-tu dîner à la maison ?

— Demain, si tu veux.

— Nous t’attendrons demain. Ah çà ! pense que Lilie est à présent une grande demoiselle, et ne dis rien devant elle… tu sais.

— Mais non, je ne sais pas.

— Ta, ta, ta ! un gaillard qui passe toutes ses soirées au théâtre. Les actrices… les danseuses… on sait ce que c’est.

— Mais je t’assure, Ernest…

— Allons donc !… Ne manque pas demain, à six heures.

— Sois tranquille ; à demain.

— À demain.

Comme Cornélie est belle, et surtout de quelle chaste et pure beauté ! Jamais Paul n’avait ressenti une pareille impression. Comme il aurait voulu pouvoir la regarder sans être obligé de parler ! car, entre toutes les pensées qui s’agitaient pêle-mêle dans sa tête, comme des abeilles dans une ruche fermée, la moins extraordinaire l’eût fait passer pour fou à lier, s’il l’eût exprimée tout haut.

Elle parle ! Quelle voix mélodieuse et vibrante ! Quel malheur qu’il faille lui répondre ! elle parlerait encore. Quelle douce et enivrante musique que cette voix !

Les femmes ne croient pas à l’amour quand on le sent réellement ;